Une jeune autiste retrouvée grâce à Snapchat

Pixabay

Snapchat : info. C’est vrai les réseaux sociaux ont bien des défauts et sont d’ailleurs souvent pointés du doigt en raison de certains débordements. Mais ils ont aussi des bons côtés et il serait malhonnête de ne pas également s’en faire l’écho.

C’est pourquoi nous ne pouvions pas passer à côté de cette nouvelle : une jeune autiste de 10 ans a en effet été retrouvée grâce à l’application Snapchat.

Les faits se sont déroulés en début de semaine à Givors et plus précisément  dans une célèbre enseigne située dans la zone commerciale du Gier. Une jeune autiste d’à peine 10 ans a en effet échappé à la surveillance de son éducatrice alors qu’elles se trouvaient dans les allées du magasin.

Selon le Progrès, et après s’être aperçue de la disparition de l’enfant, l’éducatrice a immédiatement alerté la direction de l’établissement. Des employés mais aussi des clients ont alors entamé des recherches afin de la retrouver. En vain… Certains d’entre-eux ont toutefois eu le réflexe d’envoyer un message  et une photo sur Snapchat afin de signaler sa disparition.

Et c’est grâce à cet appel lancé sur Snapchat qu’elle a été retrouvée. Quelques minutes plus tard, une personne a fait savoir qu’elle avait vu la jeune fille prendre le bus et plus précisément la ligne n°80 en direction de Grigny.

Et c’est à Grigny que la fillette a été retrouvée en bonne santé…. Une histoire qui se termine bien donc et qui nous prouve que les réseaux sociaux peuvent être aussi de formidables outils.

>>>Sur le même sujet : Instagram et Snapchat nuiraient à la santé mentale des jeunes

Mais les réseaux sociaux n’ont pas que du bon. L’an dernier une étude a révélé qu’Instagram et Snapchat nuiraient à la santé mentale des jeunes.

Des scientifiques britanniques ont en effet tenu à mettre en garde les jeunes contre l’impact négatif des réseaux sociaux sur leur santé mentale et plus généralement sur leur bien-être. Car les réseaux sociaux c’est aussi un bon moyen pour s’isoler davantage… Et si Instagram et Snapchat seraient les “pires”, ne croyez pas que les autres soient épargnés. Twitter et Facebook notamment sont également cités par cette étude menée par la Royal Society for Public Health auprès de 1500 jeunes âgés de 14 à 24 ans. Ces jeunes ont ensuite été invités à s’exprimer sur certains facteurs comme la solitude, la dépression, l’anxiété, l’image de soi, la peur de manquer de quelque chose…etc

En quoi les réseaux sociaux ont-ils un impact négatif sur la santé mentale des jeunes ? Et bien selon les auteurs c’est tout simplement parce qu’ils sont directement liés à une augmentation de l’anxiété, de la dépression ou bien encore des troubles du sommeil. Moqueries, insultes, nombre insuffisant de “J’aime” et/ou de commentaires… sont autant de facteurs qui peuvent expliquer le phénomène.

Particulièrement visés Instagram et Snapchat. Pourquoi ? Shirley Cramer, directrice de la Royal Society for Public Health, l’a expliqué par ces mots : « Il est intéressant de voir qu’Instagram et Snapchat sont classés comme les pires pour la santé mentale et le bien-être. Les deux plates-formes sont pourtant très axées sur l’image et il semble qu’elles peuvent entraîner des sentiments de manque et d’anxiété chez les jeunes »

Et parce qu’une “mauvaise” nouvelle n’arrive jamais seule, notez que les auteurs de l’étude ont aussi alerté sur la dépendance à ces réseaux sociaux… Et c’est encore plus grave que ce que vous pouviez imaginer. « Les réseaux sociaux en termes de dépendance sont plus dangereux que les cigarettes et l’alcool. Le taux d’anxiété et de dépression chez les jeunes au cours des 25 dernières années a augmenté de 70 % » ont déclaré les chercheurs.

Le retour des beaux jours est donc un bon moyen de déconnecter un peu, vous ne trouvez pas ?