Poussées dentaires : attention aux colliers d’ambre

Pixabay/Public Domain

Souvent présentés comme ayant une action favorable sur les poussées dentaires, les fameux colliers d’ambre font fureur chez les parents persuadés qu’ils ont la faculté de calmer bébé. Et c’est loin d’être toujours le cas… Mais ce n’est pas le problème qui nous intéresse vraiment. En effet ces dispositifs (colliers ou bracelets) ne seraient pas sans danger sur la santé. En 2011 déjà la DGCCRF avait mis en évidence que de nombreux produits présentaient un risque non négligeable de strangulation.

Compte tenu de la persistance de ces produits sur le marché, une nouvelle enquête a donc été réalisée en 2015 et les contrôles ont malheureusement montré la persistance des anomalies : la réglementation sur la sécurité des produits reste insuffisamment connue et appliquée par certains professionnels.

Ainsi 32 produits ont été prélevés afin d’être analysés en laboratoire. Les essais réalisés, en référence à la norme NF EN 71-1 sur la sécurité des jouets avaient notamment pour objectif de s’assurer que le fermoir cédait en cas de traction (pour éviter les risques de strangulation) et que le fil du collier ou bracelet résistait à une certaine traction (pour écarter les risques de suffocation liés à l’ingestion de petits éléments).

Et les résultats sont éloquents : sur les 32 bracelets et colliers, 28 ont été considérés comme dangereux en raison d’un risque de strangulation ou de suffocation (87,5% des échantillons). 16 avertissements liés au non-respect de l’obligation générale de sécurité ont été adressés aux opérateurs.

Dans son rapport la DGCCRF a également constaté que 50% des produits analysés ne présentaient pas d’avertissements de sécurité; que des mentions vagues ou non justifiées étaient parfois apposées et pire encore que des colliers et bracelets étaient vendus avec une assertion trompeuse. Et prendre en exemple un site internet qui vendait des colliers avec la mention infondée « testés et validés par le laboratoire de la répression des fraudes ».