Les usagers du train et du métro sont plus “sportifs” que les automobilistes


ANNONCES

Selon une étude dont les résultats ont été révélés la semaine dernière, ceux qui prennent le train ou le métro sont plus sportifs les automobilistes. Elle a été menée conjointement par  la SNCF, la startup française Withings  et le professeur Jean-Michel Oppert, spécialiste de la nutrition, de l’obésité et de l’activité physique à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière (Paris).

marche-en-ligne-sncf

Les Franciliens sont parmi les plus actifs de France

Plus de 8 000 personnes de tous âges ont répondu à l’étude SNCF / Withings dont l’objet est d’évaluer l’impact des différents moyens de transports sur l’activité physique au quotidien.

Les résultats révèlent qu’à choisir entre transports motorisés, ceux qui prennent le train ou le métro font en moyenne 1 000 pas de plus par jour que les automobilistes, avec respectivement 7 900 contre 7 000 pas par jour. Les transports en commun offrent plus d’occasion de marcher. Par exemple, ceux qui privilégient les escaliers aux escalators font 1 200 pas de plus par jour. Cependant, l’ensemble des usagers des différents modes de transport se situent en moyenne en-deçà des 10 000 pas quotidiens recommandés par l’OMS.

Quelque soit le mode de transport, les Franciliens sont parmi les plus actifs de France, avec seulement 20% de personnes sédentaires contre 25% en moyenne. Par ailleurs, les voyageurs résidant à Paris intra-muros marchent en moyenne 1000 pas de plus par jour que ceux qui habitent en banlieue. De même, les Parisiens s’estiment en meilleure santé, font plus de sport, et ont un IMC en moyenne plus faible.

Il faut d’abord prendre conscience de sa sédentarité pour adopter les bonnes pratiques. Dans cette perspective, l’étude a été l’occasion de sensibiliser plus de 6000 Franciliens aux bienfaits de l’activité physique, en les faisant participer à un grand défi public avec des objets connectés. Sortir une station plus tôt, déposer ses enfants à pied à l’école, marcher après les repas le soir ou à déjeuner, autant d’action simples à la portée de tous qui peuvent nous aider à rester en meilleure santé dans la durée.

UN CHALLENGE POUR SENSIBILISER A LA PRATIQUE DE LA MARCHE A PIEDS

La marche représente 39% des déplacements quotidiens des Franciliens et 60% des accès à la gare se font à pied.

“Il faut faire comprendre que prendre le train et préférer la mobilité partagée, c’est une façon de s’engager pour l’avenir de notre planète, de notre société et de chacun !”.Barbara DALIBARD, Directrice Générale SNCF Voyageurs

La marche constitue ainsi un moyen efficace pour articuler les différents modes de transports et fluidifier les parcours des voyageurs. Il est par ailleurs démontré que l’activité physique régulière est un facteur de maintien de la santé et de protection vis-à-vis des maladies chroniques les plus fréquentes comme les maladies cardiovasculaires.

Forts de ce constat SNCF et Withings ont proposé aux franciliens de participer à un challenge afin de les encourager à pratiquer ce mode de déplacement doux et bon pour la santé !

Le challenge s’est déroulé du 16 septembre au 26 novembre 2015 et a mobilisé pas moins de 7000 participants. Ceux-ci ont parcouru 1 million de kilomètres, brûlé 275 millions de calories et permis d’économiser 117 tonnes de CO2.

Et l’effet incitatif induit par le challenge a fonctionné puisque les répondants à l’enquête déclarent qu’ils ont marché plus que d’habitude pendant la durée du challenge et qu’ils sont désormais prêts à marcher davantage.
SNCF s’engage à rendre la marche plus attractive auprès de ses voyageurs…

Dans le cadre de son programmme « Porte à porte », Transilien s’engage à promouvoir la marche à travers 3 axes forts :

  • L’intermodalité, ou comment mieux articuler les modes de transports les uns aux autres. Cela passe notamment par la valorisation des modes doux (marche, vélo) et des mobilités partagées (co-voiturage), ainsi que par le développement de signalétiques indiquant le cheminement vers les autres moyens de transports en sortie de gare (ex : arrêts de bus parfois difficiles à localiser). Une telle signalétique permettrait de mettre en valeur les monuments patrimoniaux et les grands lieux publics à proximité des gares (hôpitaux, administrations) en indiquant systématiquement le cheminement et le temps de marche nécessaire.
  • La valorisation des transports publics, plus écologiques et « bons pour la santé ». Cela passe également par le développement et la valorisation des services du quotidien en gare (ex : l’ouverture récente d’un espace microworking en gare de Conflans-Sainte-Honorine ).
  • L’action directe sur les comportements de mobilité, en proposant des trajets alternatifs sur l’application Transilien, permettant d’emprunter un train moins saturé, voire de raccourcir son trajet grâce à quelques minutes de marche. Par exemple, à La Plaine Saint-Denis, les deux gares Stade de France – Saint-Denis (RER D) et La Plaine – Stade de France (RER B) sont très proches (environ 15 minutes de marche).

La SNCF va tirer les enseignements de cette étude et travailler avec les activités Voyageurs pour voir comment adapter et déployer des actions dans chaque région de France afin de rendre encore plus attractive l’activité physique. Avec pour objectifs de passer de 4 à 6 millions de voyageurs en train par jour d’ici 2050 et doubler le nombre de voyageurs en mobilité partagée d’ici à 2030.

1. Enquête globale transports, 2010 –STIF–OMNIL– DRIEA

ANNONCES