Masques Covid-19 : la Ligue contre le cancer exige la gratuité pour les personnes malades


ANNONCES

4.9
(7)

Masques Covid-19. Le masque est « un soin préventif ». Il est donc primordial pour toutes les personnes fragiles d’avoir accès aux masques, que ce soit à domicile ou pour leurs déplacements, et ce, gratuitement et facilement. Elles doivent déjà lutter contre la maladie, sont plus fragiles vis-à-vis du Covid-19 et ont peur d’être abandonnées. Doit-on rajouter encore une difficulté pour les personnes malades ? Seront-elles encore une fois oubliées ? Aucune disposition n’a été jusqu’à présent, mise en œuvre pour toutes les personnes fragiles en ALD ou situation analogue. La Ligue contre le cancer ne peut laisser se perpetuer cette injustice et réclame avec force une prise en charge à 100% des masques filtrants, que ce soit pour les soins à domicile ou pour l’ensemble de leurs déplacements.

Masques Covid-19
Crédits photo : Juraj Varga / Pixabay

ANNONCES

Pour Les personnes malades fragiles, type ALD, la gratuité des masques est une évidence. Ne pas les protéger serait un déni du droit des plus fragiles à une politique sanitaire et sociale précautionneuse et bienveillante. Les masques doivent être un droit gratuit, accessible et disponible sans délai.

“Je ne peux comprendre, je ne peux accepter que les personnes malades soignées pour un cancer et plus largement toutes les personnes fragiles traitées pour une maladie type ALD, ne bénéficient de masques protecteurs et cela gratuitement, facilement, en quantité suffisante. Cela vaut pour les personnes qui leur viennent en aide. On s’apprêtait il y a peu à « les assigner à résidence » et on ne saurait les protéger ? Les inquiétudes qui sont exprimées par les personnes dont s’occupent la Ligue sont extrêment vives et l’émotion est intense” s’indigne le professeur Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer.

Masques Covid-19 : ils doivent faire partie de notre quotidien

Qu’il soit chirurgical, en tissu homologué, à 3 plis, filtrant… le masque doit devenir une habitude pour les Français car il limite la propagation de l’épidémie de Covid-19. D’abord réservé en priorité aux soignants, le masque est désormais recommandé pour le grand public. A partir du 11 mai, le port du masque sera obligatoire pour :


ANNONCES

Les enseignants, les professionnels de la petite enfance
Les collegiens
Les chauffeurs (bus, taxi, etc…)
Les usagers des transports en commun,
Les clients de certains commerces,

…… et rien ne serait prévu pour les millions de Français atteints d’une maladie chronique ?

Le gouvernement et les autorités de santé doivent y remedier au plus vite. C’est une ardente obligation morale et sanitaire.

Masques grand public en prix libre, masques chirurgicaux dont l’utilisation ne peut excéder 4 heures, prix fixé à 95 cts l’unité = comment feront les plus précaires et les plus fragiles pour s’en procurer ? Ne s’agit-il pourtant pas d’un produit de santé ? Les inégalités se creuseront encore alors que des injonctions au port du masque obligatoire sont prévues, en particulier dans les transports… Que de contradictions et de risques qui pèsent une fois encore davantage sur les publics les plus fragiles !

Crédit/source : Ligue contre le Cancer, service de presse

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de notes : 7

Aucune note

LIENS SPONSORISES