Et si ronfler faisait perdre la mémoire ?


Et si le fait de ronfler faisait perdre la mémoire ? Telle est la conclusion d’une très sérieuse étude menée par des scientifiques de la RMIT University (Institut royal de technologie de Melbourne, Australie).

claudioscott/Pixabay

Avant d’en arriver à cette hypothèse, les chercheurs se sont intéressés au sommeil de 88 personnes : la moitié se déclarant en bonne santé; l’autre moitié souffrant d’apnée du sommeil.

Qu’ont-ils constaté au terme de leur étude ? Et bien que les personnes souffrant d’apnée du sommeil et qui ne bénéficient d’aucun traitement, ont plus de problèmes de mémoire que les autres.

Avant d’en arriver à cette conclusion, ils ont demandé à l’ensemble des participants de se remémorer trois souvenirs : un relatif à leur enfance; un autre relatif à leur vie d’adulte et enfin un plus récent.


Verdict sans appel : les “ronfleurs” ont eu beaucoup de mal à se souvenir de certains détails, comme par exemple des prénoms, des adresses, etc…

« Il n’est pas surprenant que l’apnée du sommeil ait un impact sur la mémoire autobiographique : des études antérieures ont montré que ce syndrome engendrait une perte de matière grise au niveau des zones cérébrales associées à la mémoire (…) nous savons qu’un sommeil de bonne qualité est nécessaire pour consolider la mémoire autobiographique, en particulier sémantique. » a déclaré à ce sujet le Dr Melinda Jackson, principal auteure de l’étude.

Désormais les scientifiques veulent savoir si les traitements contre l’apnée du sommeil peuvent ou pas “réparer” ces problèmes, les atténuer et pourquoi pas restaurer cette mémoire “perdue”.

Sur le même sujet


>>> Du curcuma au quotidien pour améliorer la mémoire et l’humeur ?
>>> L’acupuncture efficace dans la lutte contre les pertes de mémoire légères