Et si ronfler faisait perdre la mémoire ?


ANNONCES

Et si le fait de ronfler faisait perdre la mémoire ? Telle est la conclusion d’une très sérieuse étude menée par des scientifiques de la RMIT University (Institut royal de technologie de Melbourne, Australie).

claudioscott/Pixabay

ANNONCES

Avant d’en arriver à cette hypothèse, les chercheurs se sont intéressés au sommeil de 88 personnes : la moitié se déclarant en bonne santé; l’autre moitié souffrant d’apnée du sommeil.

Qu’ont-ils constaté au terme de leur étude ? Et bien que les personnes souffrant d’apnée du sommeil et qui ne bénéficient d’aucun traitement, ont plus de problèmes de mémoire que les autres.

Avant d’en arriver à cette conclusion, ils ont demandé à l’ensemble des participants de se remémorer trois souvenirs : un relatif à leur enfance; un autre relatif à leur vie d’adulte et enfin un plus récent.


ANNONCES

Verdict sans appel : les « ronfleurs » ont eu beaucoup de mal à se souvenir de certains détails, comme par exemple des prénoms, des adresses, etc…

« Il n’est pas surprenant que l’apnée du sommeil ait un impact sur la mémoire autobiographique : des études antérieures ont montré que ce syndrome engendrait une perte de matière grise au niveau des zones cérébrales associées à la mémoire (…) nous savons qu’un sommeil de bonne qualité est nécessaire pour consolider la mémoire autobiographique, en particulier sémantique. » a déclaré à ce sujet le Dr Melinda Jackson, principal auteure de l’étude.

Désormais les scientifiques veulent savoir si les traitements contre l’apnée du sommeil peuvent ou pas « réparer » ces problèmes, les atténuer et pourquoi pas restaurer cette mémoire « perdue ».

Sur le même sujet

>>> Du curcuma au quotidien pour améliorer la mémoire et l’humeur ?
>>> L’acupuncture efficace dans la lutte contre les pertes de mémoire légères


Annonces