Sommeil : pourquoi il ne faut surtout pas dormir avec un ventilateur

claudioscott/Pixabay

Météo France a placé plusieurs départements français en vigilance canicule. En clair, il va faire encore plus chaud dans les prochains jours. Dans la moitié sud de la France (sud-est -et sud-ouest) les 40° pourraient malheureusement être atteints dans les  prochains heures, les prochains jours.

Et alors que  près de 73% des Français indiquent que la chaleur a un impact négatif sur la qualité de leur nuit*, chacun cherche à se “rafraîchir”. C’est particulièrement vrai la nuit car il faut reconnaître qu’il est très difficile de trouver le sommeil en pareilles circonstances.

Et certains optent pour une ventilateur qui tourne toute ou partie de la nuit. Sauf qu’il ne faut surtout pas le faire. Non seulement ça fait du bruit, cela consomme de l’énergie mais c’est aussi et surtout mauvais pour la santé. Cela se vérifie plus particulièrement pour les personnes souffrant d’allergies et ou d’asthme.

Ainsi et selon le magazine spécialisée “Sleep Advisor Magazine”, faire fonctionner un ventilateur pendant le sommeil, c’est multiplier les risques d’irritations.

Et c’est en brassant constamment de l’air que notre “ami” le ventilateur aide les poussières et autres pollens à s’infiltrer dans les sinus, les yeux, la bouche, etc… C’est d’autant plus vrai que ses hélices sont rarement dépoussiérées, pas vrai ?

Les yeux légèrement ouverts pendant le sommeil et c’est un risque d’irritation quasi assuré. Mais cela ne s’arrête pas là. Les poussières et pollens propulsés par le ventilateur peuvent aussi s’inviter dans votre bouche (gorge asséchée au réveil) et vos sinus (congestion nasale, maux de tête, etc…).

Et comme si cela ne suffisait pas Mark Reddick, spécialiste du “Sleep Advisor Magazine”, explique que le ventilateur durant la nuit peut aussi assécher la peau et provoquer des crampes en rendant les muscles raides et endoloris.

Bref, dormir avec un ventilateur est vivement déconseillé !

Sondage Opinonway réalisé pour Climsom.com, spécialiste du sommeil et de la thermothérapie, sur la base d’un échantillon de 1013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus