Vidéo buzz : les poumons d’un fumeur décédé

Public Domain/Pixabay/Diema

Vidéo buzz : les poumons d’un fumeur décédé ! Les poumons “noirs” d’un fumeur n’étonnent aujourd’hui plus grand monde. Pendant un temps, les autorités n’ont d’ailleurs pas hésité à utiliser ce type d’images chocs pour tenter de limiter l’attrait de la cigarette mais aussi de rendre plus visible la visibilité des messages sanitaires.

Poumons noircis, dents pourries, lésions à la gorge, images de personnes malades d’un cancer du larynx ou des poumons… rien n’aura été épargné aux fumeurs et/ou à ceux qui ont été tenté de commencer un jour.

Mais aujourd’hui une infirmière a voulu aller plus loin encore en diffusant sur la toile une vidéo choc sur laquelle on voit les poumons particulièrement noircis et presque asséchés d’un patient décédé aux côtés des poumons d’un donneur sain. Histoire de mieux faire encore passer le message, elle s’est livrée à une petite expérience en insufflant de l’air dans les poumons via une pompe.

Et comme vous allez le constater, ils ne réagissent pas du tout de la même manière. Vous comprendrez mieux maintenant pourquoi les gros fumeurs s’essoufflent plus vite que les autres.

Pour ceux que ça intéresse, notez que le patient aux poumons noircis est décédé d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et a fumé un paquet de cigarettes par jour pendant vingt ans.

Alors toujours envie de fumer ?

La bronchite chronique du fumeur (BPCO) touche de plus en plus de femmes !

Et puisqu’on évoque la bronchite chronique du fumeur (BPCO), sachez qu’elle touche de plus en plus de femmes même jeunes. C’est pourquoi les femmes ont été l’honneur de la dernière campagne lancée par la Fondation du Souffle à l’automne dernier qui a eu pour slogan : « Chez la femme, la BPCO est plus sévère et évolue plus rapidement ».

BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE : CETTE MALADIE RESPIRATOIRE DÉTRUIT PEU A PEU LES BRONCHES ET LES POUMONS ET CONDUIT AU HANDICAP RESPIRATOIRE.

L’objectif était de faire prendre conscience aux femmes qu’elles ont au moins autant de risques qu’un homme de développer une BPCO, à tabagisme égal, voir peut-être plus. La représentation de cette maladie est celle d’un homme de 60 ans qui tousse et crache. Or, la BPCO atteint les femmes et ce, dès 35 ans

>>> Sujet pouvant vous intéresser : Fumer un paquet de cigarettes par jour, c’est 150 mutations des cellules pulmonaires par an