Montpellier est la première ville française où il fait bon vivre avec son chien

Wow_Pho/Pixabay

Vous habitez Montpellier ? Vous avez un chien ? Bingo ! Vous êtes dans la première ville française où il fait bon vivre avec son chien ! Montpellier regagne sa première place pour cette édition 2018 du Palmarès des villes où il fait bon vivre avec son chien, publié depuis 2016 par le magazine 30 Millions d’amis. La capitale de l’Hérault est incontestablement la ville où le chien, le meilleur ami de l’homme, peut vivre en parfaite harmonie avec son maître dans l’espace urbain puisqu’elle coche quasiment toutes les cases des critères retenus par la rédaction afin d’établir ce classement. Derrière elle, Toulouse occupe la deuxième place du podium, et Nice la troisième. Encore un tiercé gagnant pour le sud de la France, déjà trio de tête en 2016. Décidément, la vie semble plus douce aux chiens quand leurs maîtres sont au soleil !

Mais ce podium, s’il est identique à celui de 2016, n’indique pas du tout que rien n’a bougé. Bien au contraire. Une émulation, on pourrait même dire une certaine compétition (les élections municipales qui approchent seraient-elles un accélérateur ?) poussent les équipes en charge de l’animal à redoubler d’inventivité pour répondre le plus largement possible aux besoins des maîtres et des chiens dans la ville, tout en respectant les usagers qui n’en ont pas. Ce trio de tête tire même vers le haut les autres villes notées dans ce classement car la rédaction a observé des changements significatifs dans plusieurs d’entre elles, à commencer par Paris, où les transports sont désormais ouverts à tous les chiens, même si cette révolution s’est opérée dans la plus grande discrétion (usagers et chauffeurs ne sont pas tous au courant !).

* Le Palmarès des villes où il fait bon vivre avec son chien a obtenu la palme d’or lors de la remise des trophées Promanimal/Promojardin, qui s’est déroulée au théâtre de La Madeleine, à Paris, en février 2018

Montpellier : 19,2 sur 20. Presque l’excellence !

Depuis la première édition, la ville, qui compte près de 280 000 habitants, s’est nettement détachée des autres par les actions qu’elle mène en faveur de l’intégration du chien. Sa troisième place l’an dernier est un accident à la suite d’une mauvaise communication sur le questionnaire que la rédaction du magazine 30 Millions d’amis envoie à chaque ville présente dans le classement. Car il faut bien admettre que la capitale de l’Hérault répond à tous les critères du classement, et même plus ! Des transports gratuits et accessibles à tous les chiens, des espaces, parcs et jardins, ouverts presque tous aux canidés et, pour certains d’entre eux, sans laisse, à condition qu’ils restent sous l’étroite surveillance de leurs maîtres. Il faut dire que la charge de l’animal en ville est confiée à une militante, Valérie Barthas-Orsal, qui met tout en oeuvre pour faciliter la vie des maîtres tout en les incitant à respecter les lieux publics. Une politique d’ouverture, d’accueil qui, même si elle touche ses limites (la verbalisation des actes contrevenants va entrer en vigueur dans les mois qui viennent), n’oublie pas sa priorité : l’harmonie qui doit régner entre les non-possesseurs et les possesseurs de chiens. À noter pour Montpellier, deux initiatives qui semblent uniques, en tout cas rarissimes dans les plus grandes villes de France : des campagnes d’identification « sociale » et bientôt de stérilisation « sociale » pour les administrés les plus démunis, et un partenariat avec La Poste pour lutter contre les morsures des chiens sur les facteurs dans le cadre de leur mission de distribution du courrier. Le détail de cette politique favorable aux chiens est à découvrir dans le magazine

Des critères rigoureux

Pour établir ce classement des 41 villes de plus de 100 000 habitants de notre pays, la rédaction de 30 Millions d’amis recense et collecte une multitude d’informations autour de 5 critères principaux qui témoignent de l’intégration du chien dans l’espace urbain, à savoir :

• L’accessibilité : elle concerne l’accès aux espaces où le chien doit être tenu en laisse (jardins publics, berges, coulées vertes) ou ceux où il peut évoluer sans entrave (caniparcs, jardins publics, forêts) et aux transports en commun.
• La propreté : ce critère prend en compte le degré et le nombre des équipements et dispositifs destinés à encourager le geste de ramassage des crottes ou l’existence de canisites, mais aussi les moyens déployés pour maintenir les rues propres.
• La sensibilisation et l’engagement : cet item répertorie l’ensemble des actions permettant une meilleure intégration du chien en ville (délégation spécifique, cours d’éducation canine, balades urbaines, sensibilisation dans les écoles, fête de l’animal, subventions aux associations, cimetière animalier, etc.).
• La population canine : le nombre de chiens vivant dans chaque ville (source I-Cad).
• Les infrastructures commerciales : le nombre de vétérinaires, toiletteurs, dog-sitters, pensionneurs et éducateurs canins.
• Un bonus amélioration a été attribué dès lors que des progrès ont été réalisés par rapport aux années précédentes.

Découvrez la totalité de cette enquête exclusive dans le magazine 30 Millions d’amis du mois de mai, disponible en kiosque dès le 20 avril.