Attention à ces huiles essentielles qui font grossir les seins des hommes

Monicore/Pixabay/PublicDomain

Généralement les huiles essentielles sont considérées comme sans danger pour la santé…Sauf que, selon une étude américaine menée par des scientifiques de l’Institut des sciences de l’environnement du Caroline du Nord (Etats-Unis), certaines contiendraient des éléments chimiques imitant les hormones féminines, perturbant ainsi le système endocrinien

Ainsi les jeunes garçons prépubères exposés régulièrement à certaines huiles essentielles (huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé, ndrl) seraient plus bien plus exposés que les autres à un gonflement anormal du tissu mammaire, un phénomène bien connu sous le nom de gynécomastie.

« Notre société considère les huiles essentielles comme sûres (…) Cependant, elles possèdent une variété de produits chimiques et doivent être utilisées avec prudence, car certains de ces produits chimiques sont potentiellement des perturbateurs endocriniens » a mis en garde le biologiste et co-auteur de l’étude J. Tyler Ramsey.

Et c’est en analysant les différents composants de ces huiles essentielles que les chercheurs se sont aperçus que certaines avaient la faculté de booster les estrogènes et d’inhiber la testostérone.

La gynécomastie masculine survenant avant la puberté est relativement rare, mais l’augmentation du nombre de cas telle qu’elle est aujourd’hui constatée semble coïncider avec une exposition régulière à ces huiles essentielles. La “bonne” nouvelle c’est que la gynécomastie disparaît dès que les garçons cessent d’utiliser ces huiles.

Huiles essentielles : il y a quelques mois..

Attention aussi au nombre croissant d’intoxications en lien avec l’utilisation de ces huiles essentielles. De plus en plus de cas sont en effet à déplorer notamment chez les enfants.

Quels risques : Le risque principal des huiles essentielles lors d’une ingestion est la survenue de crises convulsives. Les autres symptômes neurologiques peuvent être une agitation ou au contraire une somnolence, des signes d’ébriété, des troubles de l’équilibre ou des hallucinations. Peuvent aussi survenir des complications respiratoires ou digestives (toux persistante, irritation de la gorge, douleurs digestives, nausées, vomissements, diarrhées,…). Les symptômes d’intoxication peuvent survenir dans les 30 minutes à 4 heures suivant l’ingestion.

Quelle est la conduite à tenir en cas d’ingestion et/ou de projection oculaire ou cutanée ? Quelles règles sont à suivre pour éviter les accidents ? Découvrez les conseils et recommandations du centre anti-poison de Lille sur son site internet ou en cliquant ICI.

Les résultats de cette étude ont été présentés le 19 mars 2018 lors du Congrès annuel de la Société d’Endocrinologie à Chicago, Etats-Unis (communiqué de presse accessible ICI)