Victime d’une grippe sévère, un enfant de 2 ans est dans le coma à Nice

CC0 Public Domain/Pixabay

On le sait maintenant le virus de la grippe est particulièrement sévère cette année et touche essentiellement les jeunes. Selon Var Matin un petit garçon de 2 ans a été victime d’une complication gravissime. Il est actuellement dans le coma à l’hôpital Lenval de Nice

Un début de grippe lui avait été diagnostiqué une semaine plus tôt… Son médecin lui avait alors prescrit deux jours de repos total ainsi qu’un traitement pour faire baisser la fièvre.

Oui mais l’état de santé de l’enfant n’a fait que se dégrader. 48 heures après leur visite chez le médecin, les parents n’ont pas eu d’autre choix que de le faire hospitaliser. Admis à l’hôpital Bonnet de Fréjus–Saint-Raphaël il a ensuite été transféré en urgence sur Nice. Selon les informations du célèbre quotidien régional l’enfant aurait été victime de complications neuro-méningées très graves liées au virus de la grippe.

Aujourd’hui sa mère est en colère et s’interroge sur la prise en charge de son enfant. “Je ne comprends pas pourquoi le test de la grippe n’a pas été fait. On aurait pu lui donner un antiviral qui aurait enrayé la maladie. Maintenant, c’est trop tard. À l’hôpital Bonnet de Fréjus, il était déjà trop faible pour le prendre. Maintenant, il est dans le coma et pour l’instant, il n’y a pas d’évolution de son état.” a t-elle déploré.

La grippe en chiffres

Dans son dernier bulletin hebdomadaire, Santé Publique France indique que depuis le début de l’épidémie, les passages aux urgences pour syndrome grippal concernent particulièrement : les moins de 5 ans (34%) et les 15-44 ans (27%). Les hospitalisations pour grippe concernent principalement les personnes âgées de 65 ans ou plus (51%) ainsi que les enfants de moins de 5 ans (21%).

Face à ces chiffres inquiétants, et juste après les fêtes, Agnès Buzyn, notre ministre de la Santé, a d’ailleurs demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de lancer en urgence une campagne d’information en prévention.

D’abord en raison d’une épidémie d’une ampleur exceptionnelle mais aussi parce que les jeunes sont particulièrement touchés cette année. Et d’appeler au renforcement des mesures de prévention contre le virus de la grippe en milieu scolaire.

Symptômes grippaux : pensez aux gestes barrière

En ce début d’année 2018 la direction générale de la Santé (DGS) en appelle à la contribution de chacun pour limiter la progression rapide de ce virus : il suffit d’adopter des gestes simples pour prévenir la transmission de la maladie. On les appelle les gestes « barrières »

Lavage des mains
Pour limiter la diffusion des germes et peut être éviter de passer quelques jours au fond du lit avec de la fièvre, quelques gestes simples de prévention doivent être adoptés comme le lavage des mains plusieurs fois dans la journée. Ce geste est indispensable après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, après avoir rendu visite à une personne malade, après chaque sortie à l’extérieur et bien sûr avant de préparer les repas, de les servir ou de les prendre. Pour un bon lavage des mains, on conseille d’utiliser un savon liquide (le pain de savon n’est pas aussi hygiénique car il reste humide) pendant trente secondes et de ne pas oublier de frotter les ongles et le bout des doigts, la paume et l’extérieur des mains, les jointures des doigts et les poignets. Le séchage doit se faire avec une serviette propre ou à l’air libre. Une solution hydro alcoolique peut aussi remplacer le lavage des mains sur des mains non souillées.

Mouchoir en papier
Se couvrir la bouche dès que l’on tousse ou éternue (dans sa manche ou dans un mouchoir à usage unique) est un bon préalable qu’il faut également transmettre aux enfants. Utiliser un mouchoir en papier à jeter dans une poubelle fermée tout de suite après usage et se laver les mains ensuite.

Port du masque
Si l’on est malade, un masque chirurgical (que vous trouverez à acheter en pharmacie) permettra d’éviter la diffusion des microbes. Il faut se laver les mains avant de le manipuler, le changer toutes les 4 heures ou dès qu’il est mouillé, ne pas le réutiliser et le jeter dans une poubelle couverte avant de se laver les mains.

Éviter…
Enfin il faut éviter de serrer les mains, d’embrasser, de partager ses effets personnels (couverts, verre, brosse à dent, serviette de toilette…), éviter les lieux très fréquentés (centres commerciaux, transports en commun) et éviter si possible d’y emmener les nourrissons et les enfants.

Aérer
Enfin, pensez à aérer chaque pièce du logement tous les jours pendant au moins 10 minutes pour renouveler l’air.

Grippe : pensez au vaccin

Comme chaque année une nouvelle campagne de vaccination a été lancée. Elle concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe représente un risque de complications parfois graves : il s’agit notamment des personnes de 65 ans et plus, celles atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple), les femmes enceintes et les personnes souffrant d’obésité morbide.

Les personnes invitées à se faire vacciner par l’Assurance Maladie sont de plus en plus nombreuses chaque année en raison du vieillissement de la population. Le nombre total de personnes vaccinées continue ainsi de progresser (+ 96 000 entre 2015 et 2016) mais il reste nettement insuffisant pour atteindre une bonne couverture vaccinale : moins d’une personne sur deux (47,4%) pour qui la grippe représente un risque s’est faite vacciner l’hiver dernier, bien en deçà des recommandations de l’Organisation mondiale de santé.

Certaines catégories de la population sont encore plus en retrait : c’est le cas des jeunes seniors (entre 65 et 69 ans) qui ne sont que 37% à se faire vacciner et les personnes atteintes de certaines maladies chroniques dont le taux de vaccination se situe à 36%, contre 56% chez les personnes de 70 ans et plus.

L’épidémie de l’an dernier a rappelé la gravité de cette pathologie dont la survenue et la dangerosité restent imprévisibles. Santé publique France a ainsi estimé la surmortalité hivernale spécifiquement liée à la grippe à 14 400 décès, principalement chez des personnes de 65 ans et plus.

En aidant à combattre le virus et en diminuant le risque de complications, la vaccination contre la grippe peut sauver des vies. Il s’agit du premier geste à adopter à l’approche de l’hiver pour se protéger soi et ses proches.

Pour renforcer cette protection, chacun doit également adopter un ensemble de mesures simples de prévention : lavage régulier des mains, limitation des contacts pour les malades, port de masque, etc. Ces « gestes barrière » une fois combinés constituent un bouclier de protection qui limite la propagation des virus et contribue à sauver des vies.
L’importance de la protection par le vaccin sera rappelée grâce une nouvelle campagne d’information, diffusée à partir du 6 octobre : spots sur les grandes chaînes télévisées pendant 3 semaines, annonces dans la presse magazine et création d’une page Facebook pour un #HiverSansGrippe.

Les professionnels de santé sont également invités à se faire vacciner pour des raisons d’exemplarité et de responsabilité, et au-delà des médecins libéraux, les personnels des établissements de santé et médico-sociaux sont également inclus dans le dispositif d’information