Ceux qui parlent en dormant diraient beaucoup d’insultes

claudioscott/Pixabay

Le saviez-vous ? Ceux qui parlent en dormant diraient beaucoup d’insultes. Et si cela peut vous paraître surprenant sachez que c’est science qui le dit et plus précisément des spécialistes français du sommeil qui ont mené une étude sur le sujet et dont se fait l’écho Sciences & Avenir.

Avant d’en arriver à cette surprenante conclusion ils ont analysé les mots et expressions qui reviennent le plus souvent chez ceux qui ont pour habitude de parler dans leur sommeil. Et le verdict est assez surprenant : les insultes fusent chez ceux qui parlent en dormant. Pourquoi ? Et bien généralement parce que parler dans son sommeil est le signe qu’un conflit est en train d’être géré dans le rêve du dormeur.Bref, mais vous l’aurez compris, la parole dite “nocturne” se libère plus facilement lors de rêves un peu tendus !

Principale auteure de l’étude Isabelle Arnulf, chef du service des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et chercheuse à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière, a précisé que cette étude n’avait pas été une mission facile.

“Etudier ce que disent les personnes qui parlent en dormant est assez compliqué car la parole nocturne est très aléatoire, que seules quelques parties se révèlent audibles, et que l’enregistrement est forcément contraignant”  a t-elle d’abord expliqué.

Puis de préciser que sur les 10 000 personnes enregistrées, seuls 232 patients se sont révélés pertinents pour cette étude pas comme les autres.  Une fois ces patients sélectionnés, il a fallu procéder à des enregistrements. Au total 883 épisodes vocaux ont été captés mais  seuls 361 contenaient des mots et/ou des phrases audibles.

Et dans l’immense majorité des cas ce qui était identifiable correspondait à quelque chose de conflictuel.

Nous n’entrerons pas dans les détails mais sachez que les scientifiques ont souvent entendu des NON, des FUCK, des PUTAIN, des FAIS CHIER, des “TA GUEULE” et même un “Espèce de fonctionnaire”

Cité par Sciences & Avenirs, Isabelle Arnulf a déclaré pour tenter d’expliquer ces résultats ” On présume que c’est souvent le paroxysme d’un rêve, sa partie la plus intense”….

Enfin sachez que ces parleurs nocturnes sont à priori très respectueux de la langue française, enfin chez les sujets étudiés en tout cas… Ces derniers auraient ainsi respecté le temps de réponse de leur interlocuteur imaginaire, la sémantique, la syntaxe, la grammaire…