Une infirmière rend sa blouse blanche et crie sa colère !

CC0 Public Domain/Pixabay

Le métier d’infirmière est difficile, chacun le sait. Mais ceux qui nous gouvernent en ont-ils vraiment conscience ? Pour Mathilde Basset, une infirmière de 24 ans, ce n’est pas le cas.  Fin décembre elle a utilisé son compte Facebook pour interpeller Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé.

Après 3 mois de travail au Centre Hospitalier du Cheylard (Ardèche) – elle est passée par les urgences puis par l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de l’hôpital – elle a fini par craquer. “Je rends mon uniforme, dégoutée, attristée” a t-elle notamment écrit tout en déplorant les conditions de travail qui ont été les siennes et qui sont celles de la plupart de ses collègues de travail.

Décrivant les conditions difficiles dans lesquelles elle a été contrainte de mener sa mission – une seule infirmière pour 35 patients au sein des urgences; 3 infirmières seulement pour 99 patients au sein de l’Ehpad avec absence d’infirmières de nuit – elle dit avoir fait le choix de quitter avec dégoût ce radeau de la méduse.

Trop de stress, parfois maltraitante, peu disponible, incapable de créer le moindre relationnel en raison d’une surcharge de travail, elle a eu l’impression de bacler son travail, d’être au sein d’une “usine d’abattage qui broie l’humanité des vies qu’elle abrite, en pyjama ou en blouse blanche”…

“J’ai peur Mme la Ministre. Votre politique gestionnaire ne convient pas à la logique soignante. Ce fossé que vous avez créé, que vous continuez de creuser promet des heures bien sombres au “système de Santé”. Venez voir, rien qu’une fois. Moi je rends mon uniforme, dégoutée, attristée” a t-elle écrit en guise de conclusion.

L’intégralité du message de Mathilde Basset