Un traitement anti-calvitie suspecté de favoriser la dépression et les idées suicidaires

La calvitie n’est pas toujours très bien vécue par les hommes. Nombreux sont en effet ceux qui cherchent à y remédier par tous les moyens. Et même si aucune recette miracle ne semble vraiment exister – à part peut-être la chirurgie – il semble possible d’en atténuer les effets via la prise de certains médicaments. C’est surtout vrai pour les calvities naissantes. C’est notamment le cas du Propecia (finastéride 1 mg), indiqué dans le traitement des stades peu évolués de calvitie chez l’homme âgé de 18 à 41 ans.

Oui mais attention ! L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a fait savoir cette semaine que des cas de dépression et plus rarement d’idées suicidaires ont été observés chez des hommes traités par finastéride 1 mg. A noter qu’un risque de dépression est également associé au finastéride 5 mg, traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

kalhh/pixabay

C’est pourquoi l’ANSM a souhaité informer les patients et les professionnels de santé de ce problème. Et de mettre en garde contre tout changement d’humeur qui doit impérativement conduire à une interruption du traitement et à la mise en place sans délai d’une surveillance.

Traitement anti-calvitie : point d’information

Le finastéride à la dose de 1 mg (Propecia et génériques) est indiqué dans le traitement de la chute de cheveux (alopécie androgénétique), chez l’homme uniquement. A la dose de 5 mg (Chibro-Proscar et génériques), il est indiqué dans le traitement et le contrôle de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Ces médicaments sont strictement contre-indiqués chez la femme.

Depuis la commercialisation de Propecia en 1999, des effets indésirables psychiatriques ont été signalés, suggérant un lien possible entre la prise de finastéride et une dépression ou des idées suicidaires.

Le risque de dépression était par ailleurs déjà mentionné dans les documents d’information (RCP et notice) du finastéride 5 mg (Chibro-Proscar et génériques).

Suite au dernier rapport européen de sécurité de ces médicaments, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a demandé une modification des documents d’information de toutes les spécialités 1 mg et 5 mg afin d’avertir les professionnels de santé et les patients sur les risques de changements d’humeur, d’idées suicidaires et de dépression. Ces informations figurent donc dorénavant dans les RCP et notices des spécialités Propecia et Chibro-Proscar. Le traitement par finastéride devra ainsi être interrompu devant tout symptôme psychiatrique.

D’autres effets indésirables

Par le passé d’autres effets indésirables ont été observés ! Des cas de troubles sexuels (diminution de la libido,  troubles de l’érection et troubles de l’éjaculation) ont en effet été rapportés ces dernières années. Dans des cas plus rares des cas de cancers du sein ont également été signalés chez des hommes traités par finastéride.

Ces effets indésirables font l’objet d’une surveillance approfondie par l’autorité sanitaire européenne.

L’ANSM rappelle qu’il est possible d’observer une persistance de ces troubles après l’arrêt d’un traitement par finastéride…