On retrouve de la viande contaminée à la tuberculose sur les étals de nos supermarchés !

Le saviez-vous ? De la viande contaminée à la tuberculose se retrouve quotidiennement sur les étals de nos supermarchés ! Une situation déjà connue mais que dénonce une nouvelle fois le Canard Enchaîné dans son numéro paru mercredi dernier. Le célèbre hebdomadaire nous apprend ainsi que 8000 vaches diagnostiquées positives à la tuberculose bovine finissent chaque année dans les rayons des hypers et supermarchés français.

Au total ce sont 3000 tonnes de viande testée positive à la tuberculose bovine qui finiraient dans nos assiettes sans que nous le sachions vraiment. Et si cette pratique ne peut que choquer les consommateurs, sachez qu’elle est parfaitement légale ! Et oui la seule obligation des professionnels du secteur est, face à un animal infecté, de retirer uniquement les organes touchés. Le reste peut-être vendu selon une directive européenne.

CC0 Public Domain/Pixabay

« Lorsqu’une lésion tuberculeuse a été retrouvée dans les ganglions lymphatiques d’un seul organe ou partie de la carcasse, seuls l’organe ou la partie de carcasse infectée doivent être déclarés impropres à la consommation. » précise ainsi cette directive.

De la viande contaminée à la tuberculose : faut t-il s’inquiéter ?

Alors faut-il s’inquiéter ou pas ? Non affirme la Professeure Barbara Dufour, enseignant-chercheur en épidémiologie des maladies infectieuses animales à l’École nationale vétérinaire d’Alfort. Citée par “Le Figaro Santé”, elle se montre même plutôt rassurante. C’est ainsi qu’elle a déclaré : «Effectivement, on consomme des animaux infectés par la tuberculose bovine (…) mais la bactérie à l’origine de la maladie, Mycobacterium bovis ne se développe pas dans la viande mais dans certains ganglions de l’animal. Il n’y a donc aucun risque à consommer la viande de ces animaux, qui est parfaitement saine.»

Reste que derrière tout ça, c’est toute une industrie qui “profiterait” de la situation. Ainsi, et toujours selon le Canard Enchaîné, le kilo de carcasse de bœuf “contaminé” tomberait ainsi de 3.5 à 1.5 € ! Bref une véritable manne financière pour les industriels et notamment pour les fabricants de hachés qui seraient les premiers à en profiter en se fournissant en viande de basse qualité sans que le consommateur n’en ait vraiment conscience.

Et c’est justement là que le bas blesse. Tout est fait dans le dos des consommateurs qui ne sont jamais au courant de rien. L’UFC Que Choisir déplore ainsi sur son site internet qu’il ne soit jamais fait mention sur l’étiquetage des causes de l’abattage de l’animal. Et de rappeler qu’en 2013 déjà le Sunday Times révélait l’existence de pratiques similaires en Angleterre. Une agence vétérinaire publique vendait ainsi, et en toute légalité, des carcasses d’animaux tuberculeux à des abattoirs qui les destinaient notamment au marché français.

Tuberculose bovine : ce qu’il faut savoir

La tuberculose bovine est une maladie animale transmissible à l’homme, causée par une bactérie. Les ruminants, domestiques et sauvages (principalement bovins et cervidés), mais également les sangliers, blaireaux ou renards peuvent être infectés. Depuis 2001, la France est considérée comme « officiellement indemne de tuberculose bovine », cependant chaque année une centaine de foyers persiste en élevage malgré les mesures de lutte mise en place. Présentation de cette pathologie, de la situation de la maladie en France et du rôle joué par l’Agence (source Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)