Perturbateurs endocriniens : quand Marison Touraine en demande plus à l’Union européenne

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

Perturbateurs endocriniens : quand Marison Touraine en demande plus à l’Union européenne…La semaine dernière la Commission européenne a pour la première fois proposé une définition des perturbateurs endocriniens. Tout en se félicitant de cette avancée, Marisol Touraine, notre ministre de la santé, a estimé qu’il fallait aller plus loin et qu’il convenait de s’aligner sur la définition plus protectrice pour la santé de l’organisation mondiale de la santé (OMS). Une position que la ministre a exprimé au nom de la France lors du Conseil des Ministres de la Santé de l’Union européenne.

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, s’est félicitée que la Commission européenne ait présenté une définition des perturbateurs endocriniens, substances chimiques présentes dans de nombreux produits de consommation courante, pouvant avoir des effets indésirables sur la santé (anomalies du développement de certains organes ou de la fertilité, abaissement de l’âge de la puberté, survenue des cancers du sein, de la prostate).

La ministre estime néanmoins que cette avancée est insuffisamment protectrice pour la santé. La France juge qu’il faut aller aussi loin que la définition de l’OMS, pour que des mesures de protection pour la santé puissent être prises dès lors qu’un produit présente des risques potentiels. Cette position a été exprimée au Conseil des Ministres de la Santé de l’Union européenne ce matin.
La France est en pointe pour ce qui concerne les actions visant à prévenir les risques et limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens, en particulier celle des populations sensibles, femmes enceintes et jeunes enfants. Ainsi par exemple, dès 2012, Marisol Touraine a l’interdiction de Bisphénol A dans les contenants alimentaires. De même, dans la loi de modernisation de notre système de santé, en avance sur les décisions réglementaires de l’Union européenne, l’interdiction du bisphénol A a été étendue aux jouets pour enfants. Si la proposition de la commission européenne était adoptée en l’état, ces interdictions pourraient être remises en cause.

« L’Europe est dans un moment de prise de conscience forte et collective de l’impact de l’environnement sur la santé. Il faut transformer l’essai. La France se battra pour une Europe protectrice de la santé de tous ses citoyens et pour aller plus loin encore », a déclaré Marisol Touraine.

Perturbateurs endocriniens : la société doit protéger les femmes enceintes et leurs bébés

Perturbateurs endocriniens : notre société doit protéger les femmes enceintes et leurs bébés ou quand l’Association « Alerte des médecins sur les pesticides » (AMLP) -elle regroupe 1 600 praticiens en France – part en guerre contre les perturbateurs endocriniens. Par leur démarche ils entendent sensibiliser les futures mères aux dangers des perturbateurs endocriniens qui, comme vous le savez désormais tous, sont présents partout ou presque et mettent notre santé en danger et plus particulièrement celle des femmes enceintes et de leurs bébés.

Face à ce constat alarmant l’Association Alerte des médecins sur les pesticides (AMLP) a lancé récemment une campagne d’information et de sensibilisation. Elle a reçu le soutien des Endocrinologues (CHU de Limoges et ADEL), des Gynécologues- Obstétriciens (CHU de Limoges et ALGO), de l’association de formation médicale continue MG Form Limousin ainsi que du RES (Réseau Environnement Santé), de la Mutualité Française Limousine, d’Harmonie Mutuelle et de la Ville de Limoges.

Pourquoi les perturbateurs endocriniens ?

Parce que des effets sur la faune ont été largement documentés, et que la liste des effets chez l’homme ne cesse de s’allonger. Certains ont malheureusement déjà été constatés lors d’études épidémiologiques (post-accident comme après Seveso, ou comme conséquences d’une contamination environnementale : PELAGIE, Chlordécone), d’autres sont suspectés à partir du résultat des études toxicologiques

Pourquoi les femmes enceintes ?

Parce que des impacts sur la grossesse ont déjà été démontrés . La cohorte PELAGIE(pour Perturbateurs endocriniens : étude longitudinale sur les anomalies de la grossesse, l’infertilité et l’enfance) a déjà montré plusieurs corrélations, comme l’exposition à certains polluants organiques (DDT, PCB) sur le délai de conception d’un enfant, ou l’exposition à un herbicide du maïs (l’Atrazine) et le retard de croissance intra-utérin. Et les données scientifiques sont unanimes pour considérer qu’il s’agit d’une période de vulnérabilité maximale.

Et comme si cela ne suffisait pas sachez qu’il existe des arguments forts en faveur d’un lien avec les troubles de la reproduction masculine.

Aujourd’hui les médecins veulent sensibiliser les parents et/ou futurs parents et leur délivrent ainsi de précieux conseils réunis sur une page téléchargeable gratuitement – format PDF – en cliquant ICI.

Conseils des médecins

Sur les produits de toilette et cosmétiques

La femme enceinte ou qui allaite devrait être économe en cosmétiques (parfum, fond de teint, rouge à lèvres, teinture pour cheveux…) car la plupart contiennent de nombreux additifs pouvant être des PE.

Pour le jeune enfant, dont la peau est très perméable, il faut utiliser le moins possible de produits d’hygiène, au niveau du siège en particulier. Les lingettes sont à proscrire.

Utiliser un savon sans parfum (en pain ou en gel), une crème émolliente naturelle (col cream, cérat) si la peau est trop sèche, un produit à base de liniment oléocalcaire pour le siège des bébés portant des couches.

Sur les aliments et leurs contenants

Il faut éviter le contact des aliments avec toute s les sortes de plastique (boîtes, sachets, films alimentaires) , particulièrement en cas de chauffage (micro-ondes), et ne pas employer d’ustensiles recouverts de Téflon ® .

Les boîtes de conserves et les canettes de boissons ont un revêtement intérieur plastifié (bisphénol). Il est donc préférable de consommer des aliments frais ou surgelés, cuisinés maison (dans des contenants en verre, inox, grès, céramique, terre cuite, fonte émaillée) plutôt que des plats tout prêts. Cependant les petits pots pour bébés peuvent être consommés en toute sécurité, ils sont très surveillés et fiables.

Les pesticides polluent encore trop l’alimentation traditionnelle, et il est plus sûr de se nourrir avec des légumes et des fruits « bio », au mieux des produits locaux issus de l’agriculture biologique achetés sur un marché ou directement chez un producteur. Légumes et fruits doivent toujours être soigneusement lavés et épluchés. Le soja est à éviter (il contient des phyto-œstrogènes).

Pour le poisson, il est conseillé de choisir ceux qui sont de petite taille et végétariens (bar d’élevage, limande, maquereau, rouget, sardine, saumon sauvage… plutôt qu’espadon, grenadier, thon rouge…) , et de ne pas en consommer plus de deux fois par semaine.

L’eau minérale est préférable à l’eau du robinet, du fait du caractère incertain des polluants qu’elle peut contenir. Stocker les bouteilles dans un endroit frais, sans jamais les laisser au soleil, car la chaleur dégrade le plastique.

Sur les produits d’entretien et phytosanitaires

Tous les produits de nettoyage utilisés s’accumulent dans la maison et sont à l’origine de la pollution de l’air intérieur. Limiter le plus possible l’utilisation de produits ménagers, de sprays et de parfums d’ambiance. Mieux vaut ouvrir les fenêtres et aérer régulièrement que parfumer. Utiliser l’aspirateur, épousseter au chiffon humide et avoir une VMC efficace contribuent à chasser les poussières imprégnées de polluants atmosphériques.

Les femmes travaillant en atmosphère contaminée par lespesticides (agricultrices, maraîchères en serre ou jardinerie…) ou les solvants comme l’éther de glycol (coiffeuses, métiers de l’entretien…) devraient pouvoir être éloignées de ces facteurs de risque
pendant les périodes qui majorent les risques(grossesse, allaitement).

Sur les jouets et vêtements

De nombreux jouets en plastiques que l’enfant s’empresse de mettre à la bouche
contiennent encore des phtalates. Des peluches peuvent contenir des retardateurs
de flamme (composés bromés). Les jouets en bois brut sont à privilégier.

Les vêtements neufs, les jouets en tissu peuvent contenir des résidus chimiques. Le
lavage à l’eau chaude fait disparaître la plupart de ces substances. Eviter aussi les tissus « performants » ou antitache (Téflon® ).

Préférer des vêtements en fibres naturelles (coton, chanvre, lin, laine) et non traités

Sur les mobiliers et peintures

Les travaux de peinture émettent des solvants dangereux et sont déconseillés pendant les périodes à risque. De nombreux produits chimiques (colles, vernis, etc.) étant présents dans les meubles en bois aggloméré, il est préférable d’opter pour le bois brut dans la chambre de bébé.