Le baclofène pourrait provoquer des apnées du sommeil

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

Vous avez probablement déjà entendu parler du baclofène qui, à l’origine en tout cas, est un relaxant musculaire d’action centrale qui est autorisé depuis 1975 dans le traitement des contractures musculaires involontaires (spasticité) d’origine cérébrale ou survenant au cours d’affections neurologiques telles que la sclérose en plaques ou certaines maladies de la moelle épinière. Depuis peu il est aussi recommandé au cas par cas dans la prise en charge de l’alcoolodépendance.

Oui mais attention ! Une nouvelle étude scientifique prouve, analyses du rythme respiratoire nocturne à l’appui, que le baclofène peut provoquer des apnées du sommeil sévères.

Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), cette utilisation élargie est aussi synonyme de l’apparition d’effets secondaires. C’est ainsi que des cas d’apnée du sommeil, syndrome caractérisé par des arrêts fréquents de la respiration quand on dort, ont été recensés. En perturbant fortement la qualité du sommeil, cette maladie finit par épuiser les patients et générer de nombreux symptômes : endormissement soudain en pleine journée, irritabilité, dépression, troubles de mémoire et de concentration, baisse de libido…

Menée sur 4 cas – des hommes qui prenaient jusqu’à 190 mg par jour de baclofène pour traiter leur dépendance à l’alcool – cette étude a montré qu’il existait bien un lien entre baclofène et apnée sévère du sommeil.

Si cette étude ne remet pas en cause l’utilisation et l’efficacité du baclofène contre la dépendance à l’alcool, ses résultats doivent interpeller les médecins et accroître leur vigilance ont indiqué les auteurs de l’étude. Et d’insister sur la nécessité de ne pas arrêter le traitement au baclofène, s’il s’avère efficace, mais plutôt de traiteret de prendre en charge l’apnée nocturne.