Infarctus et AVC : risque accru chez les femmes qui souffrent de migraines ?


ANNONCES

 CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

Les femmes qui souffrent de migraines ont plus de risque que les autres de mourir des suites d’un infarctus ou d’un AVC. Un risque accru de 50% affirment aujourd’hui les auteurs d’une nouvelle étude menée des chercheurs de l’université de Berlin en Allemagne.

Avant d’en arriver à cette conclusion, assez inquiétante il faut bien le dire, ils ont suivi et observé plus de 115.000 femmes. Âgées de 25 à 42 ans, toutes étaient en bonne santé mais 15% d’entre-elles souffraient d’une migraine “officiellement” diagnostiquée. Elles ont été suivies sur une longue période de 12 ans et plus précisément entre 1989 et 2011.

Durant cette période 1300 cas de maladies cardiovasculaires ont été répertoriés dont 223 ont malheureusement entraîné la mort. Et c’est à partir de ce dernier chiffres que les scientifiques ont constaté que les femmes migraineuses avaient 50% de risque en plus de mourir des suites d’une maladie cardio-vasculaire (39% des suites d’uninfarctus et 64% des suites d’un AVC).

Mais le plus étonnant est à venir car les scientifiques affirment qu’aucun phénomène n’a jamais été décrit chez les hommes.


ANNONCES

Reste qu’il faut prendre ces résultats avec beaucoup de prudence. Interrogée par le site Pourquoi Docteur, la professeure Marie-Germaine Bousser, ancienne chef du service de neurologie de l’hôpital Lariboisière de Paris, a évoqué la faiblesse de cette étude car le diagnostic de la migraine est particulièrement difficile à poser.

« Chacun sait décrire une crise de migraine, un migraineux peut dire quand il en souffre. Mais on ne dispose d’aucun test diagnostic certain sur la maladie migraineuse, et on la définit par un consensus » a t-elle déclaré avant de mettre en garde contre les autres facteurs de risques auxquels les migraineuses sont confrontés.

De la lumière verte pour apaiser les migraines

De plus en plus de français sont sujets à la migraine, c’est-à-dire à des maux de tête modérés ou sévères qui souvent handicapent l’existence. En plus des douleurs, ils sont victimes de nausées, de vomissements, de phénomènes d’intolérance aux bruits, à la lumière et aux odeurs, des troubles de la concentration. Et si souvent ces personnes 1 Française sur 5 et 1 Français sur 10 sont sujets à la migraine, c’est-à-dire à des maux de tête modérés ou sévères qui souvent handicapent leur existence. En plus des douleurs, les migraineux ont des nausées, des vomissements, des phénomènes d’intolérance aux bruits, à la lumière et/ou odeurs, des troubles de la concentration, les obligeant à ne rien faire d’autre que de s’allonger dans le noir (source Réseau CHU)

Et pour tenter de faire passer ces crises, nombreux sont ceux à opter pour la solution de s’allonger dans le noir en attendant que ça passe.

Aujourd’hui, et c’est la bonne nouvelle de la semaine, des chercheurs pensent avoir trouvé un moyen bien plus efficace de lutter contre ces migraines qui nous pourrissent la vie : la lumière verte !

Dans le cadre d’une étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Brain , ils ont constaté que la lumière verte avait pour faculté d’en diminuer les symptômes.

Avant d’en arriver à cette conclusion, ils ont exposé 69 personnes à plusieurs sources lumineuses et de différentes couleurs (rouge, vert, bleu). Verdict sans appel : 80% des participants ont constaté une intensification des douleurs face à une lumière rouge ou bleue. Cela ne s’est pas vérifié lorsqu’elles ont été exposées à la lumière verte. Mieux encore ils ont constaté une réduction de la douleur de l’ordre de 20%.

Ce n’est pas la première fois que les bienfaits de la couleur verte sont ainsi démontrés… On trouve d’ailleurs souvent du vert sur les murs de nos écoles et de nos crèches.

Cité par le site Pourquoi Docteur, le docteur Rami Burstein, co-auteur de l’étude, a indiqué que ses équipes espéraient pouvoir mettre au point une ampoule qui pourrait n’émettre que des bandes de lumière verte pure à faible intensité mais aussi des lunettes noires bloquant toute bande lumineuse à l’exception du vert.

Les somnambules davantage sujets aux migraines et aux maux de tête

L’occasion de revenir sur une étude publiée à l’automne dernier et selon laquelle les somnambules seraient davantage sujets aux migraines et aux maux de tête une fois réveillés. Telle l’une des conclusions d’un travail de recherche mené par des neurologues français du CHU Gui-de-Chauliac de Montpellier.

Avant de parvenir à ce constat, ils ont analysé les dossiers de santé et les crises de 100 personnes atteintes de somnambulisme. Puis ils les ont comparés à ceux de 100 personnes ayant un sommeil dit “normal”.

Ils ont constaté deux choses :

– d’abord que 79% des noctambules ne ressentiraient aucune douleur durant leur crise.
– ensuite qu’ils étaient aux migraines et aux maux de tête une fois réveillés. Ils auraient ainsi quatre fois plus de maux de tête que le reste de la population et dix fois plus de risques d’être touchés par des crises de migraine.

Selon Santé Magazine, cela s’expliquerait par une baisse de la perception du système nerveux central, la crise de somnanbulisme agissant alors un peu comme un analgésique.

« Nos résultats soulignent le mystère clinique de la douleur des somnambules, qui se plaignent de douleurs chroniques fréquentes pendant la veille mais qui rapportent rétrospectivement une absence totale de douleur pendant les épisodes de parasomnies sévères. » ont commenté les auteurs dans la revue spécialisée Sleep où les résultats complets y ont été publiés.

LIENS SPONSORISES


Annonces