Des poissons panés mais sans poisson (ou presque)


ANNONCES

0
(0)
 CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

Quand on achète des produits à base de poissons, notamment pour nos chères têtes blondes, on pense à juste titre qu’ils contiennent du poisson. Rassurez-vous c’est le cas. Sauf que les quantités sont quelque peu déconcertantes ! Elles seraient insuffisantes et même parfois très insuffisantes déplore aujourd’hui la célèbre association de consommateurs CLCV.

Selon l’enquête qui a été menée, tous les produits finis vendus dans les supermarchés, ceux ne nécessitant pas de préparation, seraient concernés. On pense aux poissons panés, aux brandades, aux soupes, aux hachis et autres produits de la mer.

Avant d’en arriver à cette conclusion, la CLCV a examiné les compositions de 237 produits de différentes catégories (panés, hachés, rillettes, surimis, soupes, parmentiers et brandades et plats cuisinés) et de marques différentes (grandes marques nationales et marques de distributeurs). Et le verdict est limite consternant…

Mais le pire c’est que les panés destinés aux enfants seraient de moins bonne qualité que les autres. Comme quoi…


ANNONCES

Dans les produits transformés, la célèbre association indique que “l’utilisation de filets de poisson est rare (hormis dans les plats préparés et les panés) puisqu’elle ne concerne que 24 % des 237 références. Dans la plupart des cas la matière première est de la chair de poisson !

Pour en revenir aux produits destinés aux enfants, ils contiendraient moins souvent de filet (30 % au lieu de 52 %) et seraient sensiblement moins riches en poisson (et donc en protéines) du fait de l’ajout notamment de purée de pommes de terre ou du fromage. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule ils seraient aussi plus riches en sel, sucre et matières grasses saturées. Incroyable non ?

Globablement, et au sein de toutes les catégories, le CLCV indique que les quantités de poisson varient beaucoup : du simple au triple, par exemple, pour les soupes (15 % à 45 %). Et de déplorer notamment des quantités trop faibles de poisson dans les panés.

L’intégralité des résultats de cette enquête à découvrir en cliquant ICI (document en format PDF)

Arsenic et mercure dans les boîtes de thon ?

L’occasion de revenir sur une autre étude publiée en avril dernier et selon laquelle les boîtes de thon contiennent de l’arsenic et du mercure.

Mais qu’y a-t-il vraiment dans les boîtes de thon et autres produits à base de poisson que nous trouvons sur les étals de nos supermarchés ? Rien de très réjouissant à en croire la célèbre association “60 millions de consommateurs”. Dans son numéro du mois de mai, elle livre les résultats d’une enquête portant sur 130 produits à base de poisson (thons en boîtes, noix de Saint-Jacques, surimi, rillettes). Des grandes marques, comme des marques distributeurs, ont été passées au crible. Il s’agissait de mesurer la teneur en mercure, cadmium, arsenic ou bien encore bisphénol A. Et les résultats sont tout sauf rassurants…

Particulièrement pointées du doigt les boîtes de thon ! Si aucune trace de bisphénol A n’a été détectée, toutes contiendraient du mercure, de l’arsenic et du cadmium à des doses plus ou moins élevées.

Et ne croyez pas que les grandes marques fasse mieux, les conserves de thon des marques Leader Price et Carrefour obtenant les meilleurs résultats. Les produits de marques Petit Navire, Capitaine Nat’ et Odyssée (Intermarché) mais aussi et surtout Capitaine Nat’ affichant les moins bons avec des taux de mercure largement ou très largement supérieurs à la valeur réglementaire.

Mais ce n’est pas la seule chose que cette enquête a permis de révéler. Des arêtes, des fragments de cœur et des fragments d’ovocytes ont également été retrouvés dans certains produits.

Comme le précise 60 millions de consommateurs, la présence de tels ingrédients n’est pas interdite, mais les conserves sont censées ne contenir que des morceaux de filets de thon… si l’on s’en réfère toutefois à ce qui est écrit sur les boîtes.

Mauvais élèves aussi, les surimis ! Si les efforts de certaines marques sont bien soulignés – moins d’additifs et 50% au moins de poissons dans ces produits – l’association déplore parmi les produits les moins chers : moins de 20 % de poisson, une qualité médiocre ainsi que la présence de farine, d’huile, de sucre, de sel, de colorants et autres addictifs divers.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

LIENS SPONSORISES