Pénurie : de moins en moins de médecins généralistes en France

Pixabay/ CC0 Public DomaiN
Pixabay/ CC0 Public DomaiN

Le constat n’est pas encore alarmant mais des mesures vont rapidement devoir être prises pour éviter qu’il ne s’aggrave. En effet, et selon l’édition 2016 de l’atlas de la démographie médicale du Conseil National de l’Ordre des Médecins, il y a de moins en moins de médecins généralistes en France. La mauvaise nouvelle c’est que, malgré les mesures prises pour lutter contre les déserts médicaux, la situation semble se dégrader. Une pénurie de généralistes qui se profile donc à l’horizon et qui pousse l’Ordre à tirer cette année encore la sonnette d’alarme.

Les données de ce nouvel atlas ne font au final que confirmer qu’une tendance déjà observée ces dernières années. Alors que le nombre de médecins en activité régulière reste stable, on dénote une augmentation constante du nombre de retraités. Autre constat : une baisse préoccupante du nombre de médecins généralistes, premiers touchés par le nombre important de départs en retraite. Et si rien n’est fait cette baisse pourrait se traduire par la perte d’un médecin généraliste sur quatre sur la période 2007-2025.

Cet atlas a également permis de confirmer que la France continue de présenter d’importantes disparités territoriales. Ainsi les territoires de la façade Atlantique, Rhône-Alpes et les territoires frontaliers (Nord, Est) voient leurs effectifs augmenter quand d’autres territoires allient densité faible et manque d’attractivité tels que le Centre, la Bourgogne… qui sont de plus en plus en souffrance. De telles données démontrent la pertinence d’une approche par bassins de vie pour identifier les zones potentiellement en danger selon l’analyse de la variation des effectifs et de la densité médicale : il existe ainsi des territoires en souffrance y compris dans les départements et régions bien dotés, à l’instar de la Bretagne intérieure (Argoat).

Et pour tenter d’inverser la tendance, le Conseil de l’Ordre préconise de réformer le système par la concertation. C’est pourquoi il entend poursuivre le travail mené dans le cadre de la Grande consultation, démarche d’écoute et de concertation qui a nourri un Livre Blanc publié en janvier 2016 et recensant les propositions de l’Ordre pour l’avenir de la santé.

Dans ce livre blanc, trois priorités d’actions concrètes étaient identifiées : la simplification de l’organisation territoriale des soins avec la mise en place d’une gouvernance partagée entre acteurs et usagers, l’allégement et le décloisonnement de l’exercice professionnel des médecins et l’ouverture et la professionnalisation de la formation des médecins.

Un vaste débat a d’ailleurs été mis en place et doit permettre d’approfondir encore la démarche de concertation défendue par l’Ordre, et contribuer à la mise en place d’un dialogue constructif avec l’ensemble des parties prenantes, qui doit permettre de faire émerger une réforme concertée et partagée par toutes les parties prenantes de notre système de santé.

L’Atlas 2016 de la démographie médicale à découvrir dans son intégralité ICI (document format PDF)