Marisol Touraine s’engage contre les violences faites aux femmes


ANNONCES

0
(0)
capture écran
Battue, Emma Murphy s’est filmée pour dénoncer les violences conjugales (c)capture écran

ANNONCES

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a ouvert la 1ère journée internationale de la Chaire UNESCO “Santé sexuelle et Droits Humains”, qui avait pour thème « Violence et sexualité : un défi pour les droits humains ».

L’occasion pour la ministre de réaffirmer son engagement contre les violences faites aux femmes qui sont une atteinte aux droits fondamentaux des femmes et ont un impact sur leur santé. Et de rappeler que la France portait ce combat au niveau international. « Les droits fondamentaux des femmes ne sont pas à géométrie variable. Ils ne peuvent dépendre ni du pays où l’on naît, ni du pays où l’on grandit, ni du pays où l’on vit. Ce sont des droits fondamentaux, donc attachés à la personne » a t-elle notamment déclaré.

Pour Marisol Touraine “il n’y aura pas d’égalité dans le monde tant que des femmes et des enfants subiront des violences physiques, sexuelles ou psychologiques”. Et d’insister sur le fait que ces violences faites aux femmes, aux enfants et singulièrement aux petites filles, ne sont pas des violences comme les autres et qu’elle n’ont qu’un seul et même objectif, un seul et même résultat : reproduire, génération après génération, les inégalités entre les femmes et les hommes, maintenir la soumission des femmes et – disons-le clairement – la domination masculine.

Dénonçant des violences qui ne sont là que pour “entraver l’émancipation des femmes, empêcher leur bien-être et l’exercice de leurs droits” la ministre a particulièrement insisté sur les effets en cascade de ces violences, des conséquences que l’on ne perçoit pas immédiatement sur la santé physique, psychique et reproductive des victimes (fausse couche, tentative de suicide…)


ANNONCES

Puis de rappeler d’autres conséquences plus indirectes qui sont les traumatismes vécus par les enfants de ces victimes lorsqu’ils assistent à ces violences et qui démultiplient leurs problèmes de santé : retards de croissance, douleurs, troubles du sommeil, de l’alimentation, de la concentration…

Aujourd’hui Marisol Touraine veut agir vite et a décidé d’en faire l’une des priorités de son action en tant que ministre des Droits des femmes et en tant que ministre de la Santé. Cela passera par de la prévention, à travers des campagnes d’information et des outils de sensibilisation; de la protection, en garantissant aux victimes une prise en charge globale et continue et enfin par la sanction, en encourageant le dépôt de plainte et en améliorant la réponse pénale.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

LIENS SPONSORISES