Un exploit en apnée dans le lac Baïkal par un plongeur russe


ANNONCES

Un nouveau record a été réalisé par un plongeur russe. Ce dernier affirme être descendu à 80 mètres de profondeur dans le lac Baïkal en Sibérie.

lac Baïkal Sibérie
Le lac Baïkal (Image par jacqueline macou de Pixabay)

ANNONCES

lac Baïkal

Le lac Baïkal, surnommé la perle de Sibérie, est la plus grande réserve d’eau douce liquide à la surface de notre planète. C’est aussi le lac le plus profond avec 1642 m de colonne d’eau par endroit. Compte-tenu des conditions climatiques, il n’est possible de naviguer sur ce lac qu’environ 4 mois dans l’année, de juin à septembre puisqu’il est recouvert de glace le reste du temps. D’ailleurs, un trou avait été creusé au préalable et le plongeur portait des équipements adaptés, pour réaliser cet exploit. Il faut savoir que l’épaisseur de glace sur ce lac peut aller jusqu’à 2 mètres vers la fin de l’hiver et que c’est ce qui permet de se déplacer dessus.

La plongée en apnée, encore appelée plongée libre, est un sport qui se pratique aussi bien en loisir qu’en compétition. C’est un sport dit extrême, qui se pratique aussi bien en eau douce qu’en eau salée, dans lequel on retient son souffle pour aller admirer la faune et la flore aquatique, pour aller pêcher, pour faire de la photographie aquatique ou encore établir des records…
Ce sport n’est pas nouveau puisqu’il était déjà pratiqué pendant la préhistoire pour la cueillette des coquillages. Les plongeurs qui s’exercent à ce sport sont appelés des apnéïstes.

Il existe de nombreux records en apnée. Il y a par exemple celui de la durée en apnée statique sans inhalation d’oxygène qui consiste à rester le plus longtemps possible sous l’eau. Mais on peut aussi se déplacer pour établir le record de la plus longue distance parcourue horizontalement en apnée dynamique. Pour ceux qui préfèrent les profondeurs, il y a le record de profondeur lors d’apnée en profondeur libre et il en existe encore bien d’autres.


ANNONCES

Lorsque l’apnée est un de nos loisirs, bien loin des records, les plongeurs nagent, explorent… jusqu’à 40 mètres de profondeur environ.

Comment réussir ce sport ? Il s’agit de savoir économiser le dioxygène contenu dans notre organisme et ça s’apprend. Il faut savoir gérer son activité musculaire. Il faut préparer sa plongée en se relâchant mentalement, en se concentrant…Il faut connaître des techniques respiratoires, avoir des réflexes d’immersions…

Ce sport n’est pas sans risques

En effet, respirer est quelque chose de naturel pour nous. Pour simplifier, la respiration est un phénomène au cours du quel l’oxygène est absorbé et le dioxyde de carbone rejeté. Le réflexe de respirer se déclenche lorsqu’il y a trop de dioxyde de carbone dans notre corps. C’est un phénomène semi automatique qui nous fait ressentir une sensation d’asphyxie lorsque notre taux de dioxyde de carbone est trop élevé. La respiration est donc un réflexe naturel et vital.
Mais dans les profondeurs, on ne peut pas respirer et le taux de dioxyde de carbone dans le corps ne fait qu’augmenter. Alors, quand ce taux de dioxyde de carbone est trop élevé, le corps envoie des signaux qui sont ressentis au niveau du diaphragme en provoquant des tentatives d’inspiration involontaires. Ça peut aller jusqu’à la syncope c’est-à-dire une perte de connaissance au cours de laquelle le plongeur respire. Il aspire donc de l’eau et peut en mourir par noyade par exemple.

Juste avant la syncope, il peut se produire un autre phénomène appelé samba. La samba est un accident toxique du à un manque d’oxygène au niveau du cerveau. Le plongeur est encore conscient mais il a perdu sa vigilance et il est pris de convulsions désordonnées.

En France, l’enseignement de l’apnée est réglementé et une des premières règles de sécurité est de ne jamais plonger seul. L’apnée n’est pas sans danger mais les dangers peuvent être évités.


Annonces