Le syndrome d’Asperger : une forme atypique d’autisme


ANNONCES

‌Le syndrome d’Asperger est une forme atypique d’autisme qui a été décrit pour la première fois en 1943 et pour lequel il n’existe pas de traitement. On estime que 10 % des autistes sont atteints de ce syndrome.

syndrome d'Asperger
Image par Darko Stojanovic de Pixabay

ANNONCES

L’autisme est un trouble envahissant du développement qui est du à un dysfonctionnement cérébral. Il se caractérise par des difficultés importantes de communication ainsi qu’au niveau des interactions sociales et du comportement.

Les recherches sur l’autisme ont beaucoup avancé ces dernières années avec le développement des neuro-sciences.

Il existe différentes formes d’autisme et pour établir un diagnostic, les spécialistes analysent les différents symptômes basés sur 3 axes : les troubles de communication, les troubles des interactions sociales et le caractère restreint et stéréotypé des comportements.


ANNONCES

Les personnes atteintes du syndrome d’Asperger ont du mal à comprendre les situations sociales ainsi que les règles du comportement social, ne savent pas ce qu’on attend d’elles. elles ont du mal à adapter leur propre comportement en fonction des circonstances, ne disent pas ce qu’elles ressentent ou très peu… Tout ce qui est nouveau pour ces personnes, les déstabilisent. c’est pourquoi, elles adoptent des comportements routiniers et répétitifs comme dîner toujours à la même heure par exemple.

Les personnes atteintes du trouble d’Asperger ont souvent une intelligence supérieure même s’il arrive que ce ne soit pas le cas. Elles ne présentent aucune déficience intellectuelle, ni retard mental ou de langage.

Comment savoir si son enfant est atteint du syndrome d’Asperger ?

Ce n’est pas si simple car ce syndrome est difficile à déceler. On sait que dans 90 % des cas il touche les garçons. Il y a quelques caractéristiques qui se manifestent par des difficultés à communiquer, des activités restreintes et répétitives, une grande capacité pour se concentrer sur un détail. Ces personnes sont dotées d’une grande mémoire et quand un sujet les intéresse, ils en ont une connaissance extrêmement poussée, y compris les détails sans importance.

Comme les enfants ne présentent pas de retard mental, le diagnostic se fait au plus tôt vers l’âge de 10 ans ce qui correspond à l’entrée en 6ème. En effet, en plus des difficultés à s’intégrer, ces enfants vont connaître des difficultés supplémentaires car c’est à ce moment de la scolarité qu’on leur demande d’avoir un peu de réflexion. Et c’est bien là tout le problème. Avec leur excellente mémoire, ces enfants n’ont aucune difficulté avec le par coeur. Mais quand il s’agit d’interpréter ou de comprendre du vocabulaire, c’est autre chose.

Pourtant, il y a des signes dès la petite enfance…

En effet, les enfants atteints de ce syndrome ne cherche pas à interagir avec leur entourage, ou alors très peu. Avant l’âge de 3 ans, l’enfant communique peu avec ses parents comme pas ou peu de sourires ou de rires…

Après l’âge de 3 ans, cette absence ou rareté d’interaction avec l’entourage persiste. Mais l’enfant commence à se concentrer sur des sujets ou des objets précis. La réaction des enfants est inadaptée du fait qu’il ne comprend pas les codes sociaux…

À quoi est dû le syndrome d’Asperger ?

Au niveau du cerveau, il y a une mauvaise transmission entre la réception et la transmission d’un message. C’est ce qui provoque chez ces patients une perception du monde et de la vie qui l’entoure, différente, et c’est ce qui explique aussi leurs difficultés d’adaptation.

Pour le moment, les spécialistes pensent que la cause est génétique bien que d’autres pistes doivent être explorées.

Pour établir le diagnostic d’un syndrome d’Asperger, il faut faire plusieurs tests spécifiques, des observations cliniques en plus d’un long entretien avec la famille et un bilan orthophonique et ce après avoir éliminé d’autres hypothèses.

Plus la personne atteinte du syndrome d’Asperger est diagnostiquée tôt, plus sa prise en charge sera meilleure et efficace. Cependant, il arrive que le diagnostic ne soit posé qu’à l’âge adulte.

La prise ne charge de ces patients vise à vaincre l’isolement et à favoriser leur intégration sociale.

De plus en plus de plateformes de coordination et d’orientation pour les enfants qui présentent ce trouble du neuro-développement voient le jour. De plus, le parcours de soins coordonnés, qui jusqu’en 2018 ne concernait que les enfants âgés de moins de 7 ans, a été étendu aux enfants dont l’âge est compris entre 7 et 12 ans.

On ne soigne pas le trouble d’asperger. Par contre, la prise en charge de ces patients, va permettre de traiter la déprime, leur anxiété, les troubles de l’attention. On peut aussi leur enseigner la symbolique du langage afin que ces patients arrivent à comprendre une blague, une phrase dite du second degré ou encore une insinuation.

LIENS SPONSORISES


Annonces