Nouvelle mission pour Thomas Pesquet


ANNONCES

Thomas Pesquet est maintenant bien connu. C’est un astronaute né à Rouen en 1978. Il a été sélectionné en 2009 par l’agence spatiale européenne et il a déjà effectué une mission dans l’espace d’une durée de 6 mois à partir de novembre 2016, à bord du Soyouz MS-03. Sa mission principale était alors de réaliser des expériences mais il a eu l’occasion de sortir du véhicule spatial pour effectuer une réparation.

Nouvelle mission pour Thomas Pesquet
Image par Arek Socha de Pixabay

ANNONCES

Nouvelle mission pour Thomas Pesquet

Thomas Pesquet a été sélectionné une deuxième fois l’année dernière pour une autre mission d’une durée de 6 mois, la mission alpha, dont le départ est prévu jeudi prochain à bord du Crew Dragon. Il sera alors le premier français à commander un vaisseau spatial.

La mission alpha a pour but de réaliser des expériences afin de faire avancer la recherche dans différents domaines tels que la physique, la biologie, la médecine, les nouvelles technologies…. Seront alors menées des expériences sur les effets de la micropesanteur sur l’homme par exemple. La micropesanteur ou microgravité est l’état d’un corps quant il est soumis à une pesanteur très faible. Les résultats de ces expériences sont très importants pour des sciences comme la médecine par exemple ou encore pour envisager un jour un vol habité sur la planète Mars.

A bord, sera embarqué, entre autre un blob. C’est Thomas Pesquet qui en est chargé. Un blob est une énorme cellule qui possède plusieurs noyaux et qui doit son nom à un film d’horreur. Un blob est particulièrement intéressant à étudier car il ressemble à une plante, il se nourrit comme un animal, il se développe comme un champignon sans être rien de tout ça. Un blob n’a pas de cerveau mais il est capable d’apprendre et d’enseigner. Ce n’est pas si mal pour cette chose unicellulaire.


ANNONCES

Donc, plusieurs spécimens vont être mis en culture pour savoir si un blob se comporte ou non de façon identique dans l’espace qu’en laboratoire où il peut quant même atteindre une surface de 10 m². Mais, il s’agira aussi d’étudier les effets de la micropesanteur et des rayonnements sur l’évolution de ces spécimens qui seront placés dans deux contextes appelés protocoles, différents : un avec nourriture et l’autre sans. Thomas Pesquet est entre autre, chargé de les photographier.

En plus de la centaines d’expériences prévues, des nouveaux panneaux solaires seront installés lors de sortie extravéhiculaire, c’est-à-dire que les astronautes, vêtus de leur combinaison, vont sortir du véhicule spatial.
Les panneaux solaires ainsi placés doivent capter l’énergie de la lumière du soleil avant qu’elle ne traverse l’atmosphère pour ensuite la stocker. Cette énergie peut ensuite être renvoyée sur Terre sous forme d’onde.


Annonces