Un produit cancérogène dans les crèmes solaires et crèmes anti-âge ?


ANNONCES

Un produit cancérogène dans les crèmes solaires et crèmes anti-âge ? Le soleil c’est bon pour la santé, à condition bien sûr de ne pas en abuser. C’est grâce à lui que notre corps fabrique de la vitamine D qui, on le sait depuis fort longtemps, est bonne pour les os, les muscles mais aussi pour le coeur.

crèmes solaires
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

Notez que plusieurs études ont démontré qu’une carence en vitamine D pouvait être liée à l’émergence de  pathologies cardiovasculaires, de certaines allergies chez l’enfant, de la sclérose en plaque, du cancer du colon…

Le soleil nous permet aussi d’avoir une peau joliment colorée grâce à la mélanine que notre corps produit pour faire face automatiquement aux rayons ultra violets (U V) émis par cet astre.

Un produit cancérogène dans les crèmes solaires et crèmes anti-âge ?

Mais si le soleil est bénéfique pour la santé, il ne faut surtout pas en abuser et savoir s’en protéger. Et pour cela on utilise notamment des crèmes solaires. Et aujourd’hui une étude franco-américaine nous alerte sur un filtre présent dans de nombreuses crèmes solaires et crèmes anti-âge. Pourquoi ? Parce qu’il se transforme en un composé cancérigène. Et il s’agit de l’octocrylène, une molécule qui se dégrade au sein même des flacons en un composé connu, cancérigène et perturbateur endocrinien : la benzophénone.


ANNONCES

L’octocrylène agit comme un filtre, une protection contre les UV. Sauf que, sous l’effet de la chaleur, cette molécule “vieillit mal”. Entendons par là, qu’avec le temps aidant, l’octocrylène se transforme en un perturbateur endocrinien qui peut s’avérer cancérigène.

En clair, pas question de terminer le tube de crème solaire entamé l’année dernière. Il est également indispensable de vérifier la date de péremption.

Dans tous les cas, et avant de vous badigeonner de crème, n’hésitez pas à la tester sur une petite zone de votre peau, comme l’intérieur du coude, afin de vérifier une éventuelle réaction allergique.

Pour info cette étude a été menée par des chercheurs du Laboratoire de biodiversité et biotechnologies microbiennes de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Sorbonne Université/CNRS) en collaboration avec leurs confrères américains, publiée dans la revue Chemical Research in Toxicology le 8 mars 2021.

Le saviez-vous ?

– Dans une précédente étude, l’octocrylène a déjà été pointée du doigt. Des chercheurs ont en effet démontré sa toxicité pour les coraux, cette molécule affectant les fonctions vitales des cellules des coraux ainsi exposés.

– Chaque année, les Comités départementaux de la Ligue contre le cancer organisent la Semaine de la protection solaire, pour sensibiliser aux risques et informer sur les gestes protecteurs, en particulier auprès des enfants.

Article co-signé par Christophe C. et Nadège B.

LIENS SPONSORISES


Annonces