« Capital » et « Enquête exclusive » du 28 février 2021 : au sommaire cette semaine


ANNONCES

« Capital » et « Enquête exclusive » du 28 février 2021. Demain soir sur M6 vous avez rendez-vous avec vos deux magazines d’information « Capital » puis « Enquête exclusive ». Egalement en replay sur 6PLAY. Nous vous proposons d’en découvrir le sommaire et les reportages.

« Capital » et « Enquête exclusive » du 28 février
© Nicolas BETS/M6

ANNONCES

« Capital » et « Enquête exclusive » du 28 février 2021

« Capital » dès 21h05: Thème de la semaine : Complément de revenus : comment arrondir ses fins de mois sans piège ?

Ma maison me rapporte de l’argent
Il manquerait en moyenne 449 euros par mois aux Français pour vivre correctement (baromètre Cofidis / CSA sur le pouvoir d’achat des Français, 2020). Certains ont trouvé la solution pour gagner un peu de pouvoir d’achat sans forcément sortir de chez eux. Il existe bien sûr la location classique d’une chambre ou de son appartement. Mais depuis quelques années, de nouveaux acteurs vous proposent de tout louer chez vous : votre cave pour stocker les objets des autres, votre salon pour organiser une fête ou pour un bureau et même votre piscine ! Ils s’appellent Costockage, Swimmy, Wepeps, Officeriders… Tous ces sites ont été inspirés par le géant américain Airbnb, mais eux vous proposent de louer votre maison par morceaux avec, à la clé, des centaines voire des milliers d’euros chaque mois, parfois sans avoir à lever le petit doigt. Qui sont ces nouveaux acteurs qui vous promettent de rentabiliser votre maison ? Comment essaient-ils de vous convaincre de confier les clés de chez vous à des inconnus ? Et combien pouvez-vous espérer gagner ?

Jeux concours : qui rafle vraiment la mise ?
Un séjour aux Maldives, un smartphone dernier cri ou encore un chèque de plusieurs milliers d’euros qui vous tombe du ciel… qui n’a jamais caressé l’espoir de gagner le gros lot en participant à un jeu concours ? Loin de décliner, ce bon vieux système de loteries connaît un essor spectaculaire. Le nombre de jeux concours a augmenté de 30% ces trois dernières années. Ils fleurissent chaque année sur vos emballages alimentaires, dans votre boite mail ou même dans votre boite aux lettres. On en répertorie au moins 20 000 par an. Marques et enseignes en organisent de plus en plus, mais aussi de simples particuliers, influenceurs vedettes ou même « mamans instagrameuses » ! Si dans l’immense majorité des cas, votre participation est gratuite, quel est l’intérêt pour les généreux « donateurs » d’offrir de tels cadeaux ? Et quel bénéfice plus ou moins caché en retirent-ils ? Pourquoi les marques financent-elles ces concours si attractifs ? Avec cet appât des lots à gagner, comment certains en profitent-ils pour vous arnaquer, aussi bien avec des méthodes éprouvées que de nouvelles plus sophistiquées ? Au final, comment éviter ces pièges et maximiser vos chances de faire des jeux concours un gagne-pain amusant ?

Ventes à domicile : ils vous promettent de gagner gros, mais à quel prix ?
Arrondir ses fins de mois, gagner quelques centaines d’euros supplémentaires en devenant vendeur le temps d’une soirée entre voisins et amis, c’est ce qui motive aujourd’hui 700 000 vendeuses et vendeurs à domicile en France. Articles de cuisine, cosmétiques, produits ménagers, vêtements et lingeries, la vente à domicile concerne aujourd’hui tous les domaines et génère un chiffre d’affaires annuel de plus de quatre milliards d’euros en France. Les effectifs de commerciaux sont en constante augmentation : l’arrivée du Covid a fait gonfler leurs rangs de 30% l’an passé, notamment des particuliers à la recherche de bons plans pour maintenir à flot leur pouvoir d’achat, sur fond de chômage partiel et d’activité économique en baisse. Car dans la VAD (vente à domicile), la règle est simple : plus on vend et plus on gagne ! À ce petit jeu, si la plupart de ces indépendants empochent moins de 500 euros par mois, les plus efficaces, eux, peuvent gagner jusqu’à 5 000 euros par mois. Comme les vendeuses les plus aguerries du très célèbre Tupperware, l’un des pionniers de la vente à domicile, dont nous vous dévoilerons toutes les méthodes. Mais du rêve à la réalité, quel est le quotidien de ces commerciaux pas comme les autres qui multiplient les soirées de présentation ? Peut-on vraiment améliorer ses revenus du jour au lendemain ? Depuis peu, c’est sur les réseaux sociaux que de plus en plus d’entreprises recrutent leurs forces de vente. Avec une promesse : celle de faire fortune rapidement, sans même à avoir à sortir de chez soi. Voyages, bijoux et vêtements de luxe, sur le net, les témoignages de nouvelles recrues ont de quoi faire rêver. Mais que se cache-t-il derrière ces promesses parfois trop belles pour être vraies ? Vente à domicile ou arnaque pyramidale, comment détecter les bons plans et éviter les mauvais ? Enquête sur la vente à domicile, un job en or, à condition de ne pas se faire avoir.


ANNONCES

« Enquête exclusive » dès 23h10. Le thème de la semaine : Bakou, le nouveau Dubaï du Caucase

Capitale de l’Azerbaïdjan, ancienne république soviétique aux portes de l’Europe, Bakou est la ville de tous les excès. Avec ses gratte-ciels de verre, ses hôtels 5 étoiles, ses boutiques de luxes et ses chantiers titanesques, on la surnomme la « Dubaï du Caucase ». Ici, l’argent du pétrole coule à flot, même au cœur de la ville. Et les habitants se baignent dedans pour soigner certaines maladies.

Après avoir accueilli l’Eurovision et de nombreuses épreuves sportives, Bakou est l’une des étapes reines du championnat du monde de Formule 1. Une ville riche, clinquante et surprenante, totalement fermée aux touristes jusqu’au début des années 90, aujourd’hui grande fierté de Ilham Aliyev, président de l’Azerbaïdjan. Ayant succédé à son père en 2003 à la tête de ce pays qu’il dirige depuis d’une main de fer, Ilham Aliyev a fait nommer sa femme, la très glamour Mehriban Aliyeva, vice-présidente du pays.

Indépendant depuis 30 ans, ce petit état à cheval entre l’Europe et l’Asie a récemment été mis en lumière lors de la guerre contre l’Arménie dans le Haut-Karabakh, une région située à l’ouest de Bakou. Après des mois de négociation, nos équipes ont obtenu l’autorisation exceptionnelle de filmer dans ce pays désormais ouvert, mais où tout est sous contrôle. Impossible de faire un pas sans être accompagné par un représentant du pouvoir.

Nous avons pourtant réussi à filmer, en coulisses, la vie quotidienne en Azerbaïdjan. Ici, 90% de la population (10 millions d’habitants) est musulmane, mais le pays reste laïc et les femmes comme Niggar Jamal, plantureuse chanteuse qui a remporté l’eurovision en 2011, vivent à l’occidentale, n’hésitant pas à se promener en petite tenue et à afficher leur réussite.

Mais derrière les pétro-dollars et les façades ultra bling-bling, il y a un monde caché. À la sortie de Bakou, la capitale, des clôtures servent de cache-misère aux toits en tôle des bidonvilles qui s’amoncellent. Malgré les revenus pétroliers, beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté. Les grands chantiers d’embellissement ont exproprié des milliers de familles. Et ici, la corruption et le clientélisme sont rois. Quant aux opposants au régime qui dénoncent un pays à deux vitesses et s’interrogent sur la fortune colossale du couple présidentiel, ils sont obligés de vivre en exil.

Enquête sur Bakou, l’extravagante capitale de l’or noir aux portes de l’Europe.

« Capital » puis « Enquête exclusive » c’est ce dimanche 28 février 2021 à partir de 21h05 sur M6.

LIENS SPONSORISES


Annonces