Coralie, atteinte du syndrome de DiGeorge, veut continuer à étudier – sa maman lance une pétition pour réclamer ce droit


ANNONCES

4.9
(17)

Coralie est atteinte du syndrome de DiGeorge, maladie génétique. Elle vient d’avoir 18 ans et a soif d’apprendre. Mais l’Inspecteur d’académie lui a annoncé il y a quelques semaines que ses cours, qu’elle prend à domicile, allaient être réduits drastiquement du fait de son âge. “Je trouve cela profondément injuste et discriminatoire.” expliquent Coralie et sa maman Hélène dans la pétition à retrouver sur Change.org.

syndrome de DiGeorge
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

La maladie et le handicap de Coralie ne l’empêchent pas d’être une championne engagée.. Championne de tir à l’arc handisport et engagée pour les enfants défavorisés de Madagascar, du Bénin et du Kenya, engagement pour lequel elle a reçu il y a quelques années le prix d’encouragement au civisme. Mais aujourd’hui, un autre combat l’attend…

Coralie vient d’avoir 18 ans et a envie d’apprendre. Mais il y a quelque semaines l’Académie de sa région, le Tarn-et-Garonne, lui a annoncé la mauvaise nouvelle : Coralie vient d’être majeure et l’enseignement n’étant pas obligatoire après cet âge, elle ne pourra plus bénéficier que de 5 heures d’enseignement par semaine : “j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, sachant que je ne suis pas allée à l’école comme les autres, et que pendant de nombreuses années l’Éducation Nationale ne m’a fourni aucun enseignement” regrettent Coralie et sa maman dans la pétition.

Ensemble elles expliquent le bénéfice de l’enseignement pour le développement de Coralie. Grâce aux cours de lecture, mathématiques, écriture, informatique, etc… elle peut envisager son projet de vie future, mais avec ces heures en moins remettent en question l’avenir de Coralie.


ANNONCES

“Coralie est par ailleurs une jeune fille vulnérable, qui ne peut pas se défendre sans l’aide d’un tiers. C’est donc mon rôle de maman de la soutenir et l’aider dans son envie d’apprendre” explique Hélène en début de pétition. Elle a donc décidé de lancer une mobilisation afin d’en appeler au Ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour qu’une solution soit trouvée au problème de Coralie.

“Nous espérons que cette mobilisation ne va pas faiblir, car elle est très importante pour Coralie et pour toutes les “prochaines petites” Coralie, qui viendront demain.” explique Hélène qui souhaite que le combat pour les heures d’enseignement de Coralie servent d’exemple pour tous les enfants malades et handicapés.

Il n’y a pour le moment eu aucune réponse de la part des autorités. Coralie, Hélène et toute leur famille attendent une réponse de la part de Jean-Michel Blanquer.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de notes : 17

Aucune note

LIENS SPONSORISES