Asthmatiques et Covid-19… un confinement à risque ?


ANNONCES

4.8
(17)

Asthmatiques et Covid-19… un confinement à risque ? A l’heure où certains craignent que les hôpitaux soient submergés par une « deuxième vague » composée en autres de malades chroniques ayant mal suivi leur traitement durant le confinement, Sanofi Genzyme a souhaité cerner la manière dont les asthmatiques vivaient cette pandémie et l’impact qu’elle avait pu avoir sur la prise en charge de leur maladie. Pour cela, le laboratoire a commandé à l’Ifop une enquête qui montre comment le COVID-19 a perturbé leur suivi médical mais aussi attisé chez eux un sentiment à la fois de vulnérabilité et de stigmatisation : les asthmatiques ressentant à la fois une peur pour eux, dans un contexte anxiogène où l’accès aux soins est rendu plus difficile, et le poids du regard des autres sur une maladie dont certains symptômes sont proches de ceux du COVID.

Asthmatiques et Covid-19
geralt/pixabay

ANNONCES

Quels impacts l’épidémie de coronavirus a-t-elle eu sur la prise en charge des asthmatiques  ?

– Près d’un asthmatique sur deux (45%) ont vu leurs rendez-vous médicaux annulés en raison de la situation, sachant qu’en dépit de leur besoin d’être plus « contrôlés » que la moyenne, les asthmatiques diagnostiqués comme « sévères » ont été autant victimes de ces annulations (46%) que les autres asthmatiques (44%).

– Et le suivi médical a été perturbé plus sérieusement chez ces Français souffrant d’asthme chronique sévère si l’on en juge par le nombre de personnes ayant ressenti une détérioration de leurs problèmes d’asthmes suite à ces annulations : 18% chez les asthmatiques « sévères », contre 5% chez les autres asthmatiques.
Des patients ont aussi renoncé eux-mêmes à se soigner : un asthmatique sur quatre (27%) a lui-même annulé ou reporté un rendez-vous médical, ce phénomène de « renoncement » étant plus fréquent chez les Français atteints d’un asthme assez léger comme ceux ne suivant pas un traitement de fond (41%).

– Face à cette vague de renoncements, relativement peu de patients ont utilisé des solutions digitales comme les téléconsultations et les applications sur smartphone : moins d’un quart des Français (22%) souffrant actuellement d’asthme ont accepté de transformer en téléconsultation un rendez-vous médical pour l’asthme.


ANNONCES

Quels ont été le vécu et les ressentis des asthmatiques pendant la crise de Covid-19 ?

– Le contexte anxiogène suscité par le confinement a d’abord attisé un sentiment d’anxiété très prononcé chez les asthmatiques les plus exposés aux risques que fait encourir le virus : 72% des asthmatiques « sévères » ont peur de mourir en étant personnellement touché par ce virus, contre 62% chez l’ensemble des Français.

– Il faut dire que six asthmatiques sur dix (60%) estiment avoir plus de risque d’être contaminés par le Coronavirus que le reste de la population, sans doute à cause d’une confusion entre l’impact que le virus peut avoir sur les risques d’infection d’une part et les risques de complication d’autre part.

– L’impact de l’épidémie affecte aussi fortement leur rapport aux autres : une majorité d’asthmatiques craignent d’inquiéter leurs proches à cause de symptômes (ex : toux) proches de ceux du virus, tousser devenant un acte suspect et stigmatisant, notamment dans l’esprit des asthmatiques « sévères » (76%).

Au-delà de leurs propres angoisses, les asthmatiques se montrent plus inquiets pour leurs proches, qu’ils craignent d’infecter sans le savoir (66%), même si, sur ce risque, les asthmatiques se révèlent moins inquiets que l’ensemble des Français (75%), sans doute parce qu’ils moins mobiles/exposés que la moyenne.

La mise en place du confinement a obligé certains professionnels de santé à fermer leurs cabinets ou à réduire fortement leur activité. Cela a entrainé des interrogations chez les asthmatiques face au risque d’une rupture de leur suivi médical.

L’anxiété à l’origine d’une baisse du suivi médical des asthmatiques pendant le confinement.

Les asthmatiques craignent plus la contamination que le reste de la population : 60% d’entre eux estiment avoir plus de risques d’être infectés par la Covid-19. Cela se traduit notamment par une crainte de se rendre chez un professionnel de santé. En effet, 61% des asthmatiques et plus particulièrement 75% des asthmatiques sévères ont peur de contracter le virus en se rendant dans un hôpital ou un cabinet médical pour leurs problèmes d’asthme, ou en allant à la pharmacie pour chercher leur traitement.

De plus, les asthmatiques appréhendent de se voir refuser des soins en raison du coronavirus. Cette situation a touché 58% des asthmatiques sévères, soit les plus vulnérables. Cette crainte s’accentue chez 71% des asthmatiques ayant été hospitalisés pendant l’année.

Au-delà de cette appréhension, près de la moitié de l’ensemble des asthmatiques ont vu leurs rendez-vous médicaux annulés. Les cas d’annulations ont été les plus nombreux en Île-de-France (64%). Dans 8% des cas, ces malades estiment que cela a pu entrainer une détérioration de leurs problèmes d’asthme. Ce chiffre atteint 18% chez les asthmatiques sévères, témoignant de l’impact non négligeable du confinement.

” Des rumeurs ont circulé sur le risque d’infections graves avec la Covid-19 liées à la prise de certains médicaments. De nombreux asthmatiques sévères se sont demandés s’ils devaient continuer de suivre leurs traitements. Les asthmatiques n’ont pas plus de risques d’être contaminés que le reste de la population. Ils ont, en revanche, plus de risques de développer des complications respiratoires en cas de contamination. Les patients asthmatiques doivent donc absolument continuer leur traitement de fond pour limiter les risques de crises en cas d’infection.” Pr Antoine Magnan, Professeur de pneumologie au CHU de Nantes.

Une baisse de la qualité du suivi médical tempérée par la proactivité des patients et des soignants

En dépit de toutes les difficultés, les praticiens ont cherché à maintenir le suivi médical des malades. Seuls un quart (22%) des asthmatiques affirment avoir recherché des informations sur l’impact du virus sur le traitement et le contrôle de l’asthme auprès de professionnels de santé ou bien avoir transformé en téléconsultation un rendez-vous physique concernant leurs problèmes d’asthme.

Si 27% des asthmatiques ont finalement annulé ou reporté un rendez-vous médical, les plus vulnérables comme les asthmatiques « sévères » ou les asthmatiques les plus âgés figurent parmi les moins concernés (20% dans les deux cas).

Chantal Harnois, Présidente de l’Association des Asthmatiques Sévères : “Nous tenons à remercier les professionnels de santé qui ont su rassurer les patients asthmatiques sévères lors de cette situation particulièrement anxiogène pour eux. Le message sur l’importance du bon suivi de leur traitement est bien passé. Les asthmatiques sévères, compte tenu de leur passé d’insuffisants respiratoires chroniques ont été particulièrement conscients des risques encourus en cas d’infection par le virus et ont, en grande majorité, continué de suivre leur traitement de fond et parfaitement respecté les gestes barrières.”. Pour en savoir plus sur l’association des asthmatiques sévères

Malgré l’isolement et la raréfaction des rendez-vous médicaux, les patients et les professionnels de santé ont tenté de limiter les effets négatifs du confinement grâce à une action proactive commune. Ainsi, 26% des asthmatiques ont constaté une amélioration de la situation concernant l’information sur la manière de se soigner et 22% de la qualité de l’accompagnement et du suivi de leurs problèmes depuis la mise en place du confinement.

Conscients des risques encourus, les asthmatiques craignent pour leur vie et tentent de poursuive leur traitement

60% des asthmatiques estiment avoir plus de risques d’être contaminés par la Covid-19. Cette crainte touche particulièrement les asthmatiques sévères (67%). Cette appréhension s’accroit pour ceux qui ont connu des situations anxiogènes comme une hospitalisation (79%) ou une annulation d’un rendez-vous médical (81%).

Même si tous les asthmatiques n’ont pas plus de risque de contracter la Covid-19, ils sont conscients (pour 86% d’entre eux) qu’en cas de contamination, ils sont davantage exposés à des risques de complications respiratoires graves que le reste de la population. Il en découle une peur plus importante pour les asthmatiques sévères de mourir du virus (72% contre 62% pour les Français) 7.

Face à ces risques, les professionnels de santé, pneumologues en tête, ont su rappeler aux patients l’intérêt de bien suivre leur traitement, soulignant notamment l’importance d’avoir un asthme contrôlé face à un virus de ce type. En effet, 89% des personnes atteintes d’asthme s’accordent sur l’importance du bon suivi de son traitement pendant la période épidémique.

Sans doute plus habitués aux gestes barrières que le reste de la population, les asthmatiques craignent moins de contaminer les autres que le reste des Français, 66% des asthmatiques contre 75% de l’ensemble de la population.

Un contexte renforçant le sentiment de stigmatisation des asthmatiques

Dans ce cadre anxiogène, accentué par le confinement et la forte circulation du virus, 57% des asthmatiques craignent en particulier le regard des autres à cause de leurs symptômes proches de ceux engendrés par la Covid-19. Tousser devient, en effet, un acte suspect et stigmatisant, cette inquiétude liée au regard des autres concerne plus de trois quart (76%) des asthmatiques sévères.

Pour le Dr Christian Deleuze – General Manager Sanofi Genzyme « Cette enquête révèle l’impact particulier de l’épidémie sur les asthmatiques. La peur du regard des autres vient se rajouter à la crainte d’être exposé à des complications plus graves que le reste de la population. Ceci renforce incontestablement un isolement déjà sous-jacent, voire même un renoncement pour certains asthmatiques sévères au suivi médical pendant le confinement. Avec les professionnels de santé et les associations de patients, une partie de notre rôle est de tenter de maintenir le lien avec les asthmatiques sévères afin de les encourager à ne pas sortir d’un parcours de soins, salutaire pour ces malades à haut risque ».

A propos de l’asthme et de l’asthme sévère

L’asthme est une inflammation chronique des voies aériennes, avec des symptômes respiratoires quotidiens tels que, le sifflement, la toux, l’essoufflement, l’oppression thoracique, et la difficulté à respirer. Ces symptômes arrivent souvent la nuit. L’asthme sévère est un sous-groupe de l’asthme difficile : ce sont des patients qui ont un asthme non-contrôlé malgré un traitement maximal et une prise en charge des facteurs contributeurs, ou qui empire à la diminution des traitements.

Enquête menée auprès d’un échantillon de 3 045 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 27 avril 2020

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de notes : 17

Aucune note

LIENS SPONSORISES