Les médicaments sous-utilisés dans le traitement de la dépendance aux opiacés ?


ANNONCES

Bien que la recherche montre qu’un traitement médicamenteux peut aider les personnes dépendantes aux opiacés, les trois médicaments approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) sont sous-utilisés, selon un examen des données médicales actuelles sur la dépendance aux opiacés aux États-Unis. Cet examen apparaît dans le numéro d’octobre de Mayo Clinic Proceedings.

médicaments
Pixabay

ANNONCES

Accompagnés de conseils sur la dépendance, les médicaments naltrexone, buprénorphine et méthadone ont tous leur place dans le traitement du trouble de l’usage des opiacés, selon Tyler Oesterle, M.D., directeur médical des programmes de traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme au sein des Fountain Centers de la Mayo Clinic. La preuve de l’efficacité des trois médicaments dans le traitement du trouble de l’usage des opiacés est bien établie, explique le Dr. Oesterle, l’auteur principal de cet examen. Cet examen utilise les données de la littérature médicale disponible pour fournir un cadre permettant de déterminer l’approche optimale pour les traitements médicamenteux.

« Une épidémie de dépendance aux opiacés touche notre pays et a été causée par de nombreux facteurs, notamment l’usage excessif de médicaments, la disponibilité généralisée d’opiacés légaux et interdits et les attentes de la société selon lesquelles toute douleur peut être éliminée », a déclaré le Dr. Oesterle. « Nous ne pouvons clairement pas nous sortir du problème par des prescriptions, mais nous avons la possibilité de résoudre le problème par le biais d’une utilisation plus judicieuse des opiacés prescrits sur ordonnance ».

Selon cette étude, chaque médicament a ses forces et ses faiblesses et les risques et avantages doivent être discutés avec chaque patient souffrant d’un trouble de l’usage d’opiacés.

La naltrexone, approuvée dans le traitement de la dépendance aux opiacés et à l’alcool, qui bloque les effets des opiacés chez les adultes, a une action de longue durée et est idéale comme agent inhibiteur des opiacés. L’observance des patients avec la buprénorphine est relativement élevée et associée à l’amélioration des taux d’abstinence et une réduction des surdoses accidentelles. Les principaux avantages de la méthadone sont le soulagement de l’état de manque lié aux stupéfiants, la suppression du syndrome de sevrage et l’inhibition des effets euphorisants associés à l’héroïne.

Selon l’examen, les trois médicaments peuvent être sous-utilisés en partie parce que l’accès est limité par certaines exigences légales concernant les personnes pouvant établir des ordonnances. La seule exception est la naltrexone, qui peut être commandée par n’importe quel prescripteur.

Un autre défi dans le traitement du trouble de l’usage des opiacés est qu’il peut être lent à se développer, ce qui rend difficile sa détection par les fournisseurs de soins primaires. « Le développement d’un trouble de l’usage des opiacés peut se faire lentement, avec le temps, et il est donc difficile de l’identifier dans les soins primaires », explique le Dr. Oesterle. « Nous recherchons actuellement de meilleurs moyens pour identifier des signes subtils et conseiller les patients. »

Répondre efficacement à la crise des opiacés nécessite d’aller au-delà d’une approche axée uniquement sur les médicaments, selon le Dr. Oesterle. « Nous devons établir un cadre généralisable qui utilise tout le répertoire des réponses et des ressources dont nous disposons. » Cela inclut les médicaments, le conseil, les services de santé mentale, la réadaptation professionnelle et le soutien social, a-t-il déclaré.

Crédit/source : Service de presse Mayo Clinic


ANNONCES