Microbiome et cancer : le consortium Oncobiome obtient 15 millions d’euros de l’Europe


ANNONCES

consortium ONCOBIOME
Pixabay

ANNONCES

Microbiome et cancer : le consortium Oncobiome obtient 15 millions d’euros de l’Europe ! Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’associe à 16 partenaires internationaux au sein du consortium Oncobiome. L’objectif du programme est d’identifier les signatures microbiennes intestinales (GOMS) associées à l’incidence, au pronostic ainsi qu’à la résistance au traitement et à leur toxicité dans les cancers du sein, du colon, du poumon et du mélanome. Ce projet est soutenu à hauteur de 15 millions d’euros par un financement de l’Union Européenne Horizon H2020.

Gustave Roussy, un des 18 centres de Lutte contre le Cancer membre d’Unicancer, a été sélectionné par la Commission européenne dans le cadre de l’appel à projet SC1-BHC-03-2018 « Exploitation des résultats de la recherche et du potentiel d’application du microbiome humain pour la prévision, la prévention et le traitement personnalisés de maladies » pour son projet Oncobiome.

Les équipes de recherche Oncobiome souhaitent ainsi valider le lien entre cancer et microbiome intestinal, et mettre en évidence que l’efficacité du traitement dépend de la spécificité de ce microbiome intestinal. En effet, il est désormais reconnu que le métagénome intestinal intervient dans la régulation de multiples fonctions physiologiques ayant un impact sur la santé. Il est impliqué dans le déclenchement et la progression du cancer et les réponses aux thérapies, également pour les néoplasies extra-intestinales.

« Il est urgent d’identifier et de caractériser les écosystèmes commensaux minimalistes liés au cancer, avec des méthodes fiables et robustes, de valider les signatures du microbiome intestinal associées au cancer, et de développer des outils de diagnostic qui feront partie de l’arsenal oncologique pour optimiser et personnaliser les thérapies » précise le Pr Laurence Zitvogel, directrice scientifique du programme d’immunothérapie de Gustave Roussy, directrice de recherche Inserm U1015, lauréate du RHU LUMIERE financé par l’Agence Nationale de la Recherche, et coordinatrice d’Oncobiome.

Le projet Oncobiome va donc s’attacher à analyser les données issues de plus de 9000 patients atteints de cancer dans 8 pays (Allemagne, Angleterre, Canada, France, Italie, Pays-Bas, République Tchèque, Suède), à travers des études rétrospectives et prospectives, pour quatre cancers fréquents : sein, colorectal, poumon et mélanome.

Les scientifiques du consortium se sont fixé 4 objectifs principaux :

1 / identifier et valider les signatures du microbiote intestinal associées à la survenue et au pronostic de la maladie, à la résistance et à la toxicité des traitements anti-cancéreux,

2 / déchiffrer la pertinence fonctionnelle de ces écosystèmes intestinaux associés au cancer dans la régulation du métabolisme, de l’immunité et de l’oncogenèse de l’hôte,

3 / intégrer ces GOMS à d’autres caractéristiques oncologiques (cliniques, génétiques, immunologiques, métaboliques),

4 / développer des tests compagnons, basés sur ces signatures intégrées, pour prédire la survenue et la progression du cancer.

À propos d’Oncobiome

Le projet a officiellement débuté le 1er janvier 2019, et a été lancé avec l’ensemble de ses partenaires le 4 février 2019. D’une durée de 5 ans, il est soutenupar la Commission européenne à hauteur de 15 millions d’euros. Il rassemble les partenaires français suivants : Gustave Roussy, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm), l’Université Paris-Sud, Unicancer, ainsi que les trois sociétés HalioDx, everIMMUNE et Algoé. Les autres partenaires, issus de l’Italie, Allemagne, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède, Canada sont : Universita Degli Studi Di Trento, Fondazione IRCCS Instituto Nazionale dei Tumori, Masarykova Univerzita, Universitatsklinikum Erlangen, Stichting Katholieke Universiteit, Italian Institute for Genomic Medicine Foundation, The Chancellor Masters and Scholars of the University of Cambridge, Karolinska Institutet, le Centre Hospitalier de l’université de Montréal, Philipps-Universität Marburg, ainsi que la société GBG Forschung GMBH.

À propos de Gustave Roussy

Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, constitue un pôle d’expertise global contre le cancer entièrement dédié aux patients. Il réunit 3 100 professionnels dont les missions sont le soin, la recherche et l’enseignement. www.gustaveroussy.fr

Service presse Gustave Roussy


ANNONCES