Reblochon contaminé : une enquête ouverte après le décès d’un enfant

Rappel de reblochons
CC0 Public Domain / Pixabay

Il y a un peu plus de 3 semaines on apprenait que plusieurs enfants en bas-âge avaient été infectés par la bactérie Escherichia coli. Les investigations menées par les autorités sanitaires avaient confirmé un lien épidémiologique entre ces cas et la consommation de reblochons entiers au lait cru vendus sous différentes marques dont « Nos régions ont du talent » pour Leclerc , « LeTartiflard » ou bien encore « Saveurs de nos Régions » pour Lidl.

Juste avant le week-end, Santé Publique France a fait un nouveau point de la situation.  Au 31 mai 2018, ce sont 14 enfants âgés de un à cinq ans qui étaient désormais inclus dans l’investigation de cette épidémie. Malheureusement l’un d’entre-eux – l’enfant était atteint de SHU – est décédé.  Santé Publique France a toutefois précisé qu’on ne pouvait, dans l’état actuel de choses, ni écarter ni affirmer que ce cas puisse être lié à la consommation de reblochon.  Une enquête, qui s’annonce longue et difficile, a donc a été ouverte.

La SHU, c’est quoi ?

Le SHU est une maladie peu fréquente en France : entre 100 et 160 cas sont signalés dans le cadre du système de surveillance chaque année. C’est une maladie grave puisqu’elle est la principale cause d’insuffisance rénale aigue chez l’enfant âgé de 1 mois à 3 ans. Dans la littérature internationale, le taux de décès varie entre 3 et 5% (1% selon les données de surveillance françaises). Cette maladie est le plus souvent causée par une bactérie appartenant à la famille des Escherichia coli, dont certaines souches sont plus virulentes et produisent des toxines appelées « shigatoxines ».

La contamination se produit :

  • par ingestion d’aliments contaminés consommés crus ou peu cuits : lait ou produits laitiers non pasteurisés, viande de bœuf insuffisamment cuite (en particulier hachée), légumes crus contaminés, eau de boisson contaminée ;
  • en portant ses mains souillées à la bouche après avoir touché des animaux porteurs de la bactérie ou leur environnement contaminé ;
  • par contact avec une personne malade qui excrète la bactérie dans ses selles.

En 2017, 164 cas de SHU pédiatrique ont été notifiés à Santé publique France et aucune épidémie n’a été identifiée.

Message de prévention

D’une façon générale, les autorités sanitaires rappellent que, par précaution, le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé.

La même recommandation vaut pour les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées.