La NASH ou “maladie du soda” touche 1 adulte sur 5 en France

NASH ou "maladie du soda"
Pixabay

Il y a deux jours à peine, c’était ce mardi 12 juin 2018, s’est déroulée la journée mondiale de la NASH (stéatohépatite non-alcoolique) appelée aussi la “maladie du soda” ou “maladie du foie gras non alcoolique”. Pourquoi une telle journée ? Et bien parce que cette maladie fait de plus en plus de victimes en France comme dans la plupart des pays développés. En France on estime ainsi qu’elle touche désormais 1 personne sur 5.

NASH ou “maladie du soda” : c’est quoi ?

La NASH est une maladie hépatique d’origine métabolique. Elle est la conséquence des modes de vie modernes, et est étroitement liée à la triple épidémie d’obésité, de diabète, et de pré-diabète qui en découle.

Une maladie dite “silencieuse” car sans symptôme particulier et qui concernerait plus de 6 millions de Français. A ce jour on estime que 5 % des malades de la Nash développeront, à terme, un cancer du foie. Pire encore puisque les experts s’attendent à ce qu’elle devienne la première cause de transplantation hépatique en France d’ici à 2020.

Les principales causes sont l’obésité, la sédentarité, la malbouffe… Bref, et pour faire court, notre mauvaise hygiène de vie !

Interrogée il ya quelques mois par le site “La Parisienne“, Raluca Païs, hépatologue à la Pitié-Salpêtrière, s’est montrée particulièrement pessimiste si rien n’est fait rapidement. Alors que 25% à 30% de la population serait concernée, elle pense que ces statistiques sont «sûrement sous-estimées»,

Et c’est à ce titre qu’a été lancée en mars 2017 le Fonds de dotation, The NASH Education Program. Objectif : contribuer à l’effort global qui doit être mené pour favoriser la prise de conscience des enjeux de santé publique liés au développement de la NASH et accroître le niveau de connaissances autour de la maladie sans attendre que les premières solutions diagnostiques et hérapeutiques soient disponibles sur le marché.

The NASH Education Program TM va ainsi concevoir, financer, et soutenir des approches collaboratives associant des partenaires aux profils variés issus notamment des mondes académique, industriel, et réglementaire, et ayant le potentiel de créer des synergies utiles à la prise en charge optimale des patients.

Et c’est justement le NASH Education Program qui est à l’origine de cette nouvelle journée internationale de sensibilisation. Dans un communiqué 150 experts spécialistes des maladies hépatiques n’ont pas caché leur inquiétude à propos de cette maladie en constante progression en raison d’un manque “cruel” de connaissance et de sensibilisation.

NASH La maladie de la malbouffe : présentation du livre de Dominique Lannes

Avec la collaboration de : Catherine Siguret

Depuis une vingtaine d’années, le foie subit une véritable mutation. On estime aujourd’hui que 30 % de la population présente de la graisse dans le foie, première étape avant la NASH, le plus souvent sans le savoir.

La NASH est une maladie silencieuse, sans symptôme, qui dégrade insidieusement le foie. Cette forme d’hépatite, en l’absence de virus et de tout alcoolisme, liée uniquement à l’alimentation, entraîne cirrhose et cancer du foie, avec pour seule issue la greffe puisqu’il n’existe pour l’heure aucun médicament.

Depuis plusieurs années, à l’insu du grand public, les médecins et les autorités de santé des pays occidentaux n’hésitent pas à qualifier la NASH de « fléau du siècle ». Une épidémie d’autant plus préoccupante qu’elle se propage discrètement par le contenu de nos assiettes.

“NASH La maladie de la malbouffe”, un document saisissant qui s’adresse aussi bien à ceux qui veulent comprendre comment se tenir à l’abri de la NASH qu’aux patients qui veulent tout savoir du mal qui les ronge et retarder sa progression.

NASH La maladie de la malbouffe, un livre très intéressant paru chez Flammarion .