Le sauna pour réduire le risque d’AVC

Pixabay

Vous êtes un adepte du sauna ? Voilà qui devrait vous conforter dans votre idée d’y aller régulièrement et peut-être même encore plus souvent.  Selon une très sérieuse étude finlandaise, les saunas seraient en effet associés à une baisse significative du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Avant d’en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi durant 15 ans 1628 adultes sans antécédents cardiovasculaires. Ils ont été invités à répondre à de nombreuses questions sur leurs habitudes de vie et notamment sur la fréquence à laquelle ils utilisaient le sauna.  Différents tests de santé ont également été menés (mesure du taux de cholestérol, tension artérielle…). Pour info, et au terme de cette vaste étude, 155 personnes avaient été victimes d’un AVC.

Avant le traitement définitif des informations recueillies, les chercheurs ont divisé les participants en 3 groupes : ceux utilisant un sauna au moins une fois par semaine; ceux l’utilisant deux à trois fois par semaine et enfin ceux l’utilisant quatre à sept fois !

Et les conclusions ont été très claires : les scientifiques ont constaté que la probabilité d’être victime d’un AVC était réduite de 60 % dans le 3ème groupe, en clair dans le groupe des utilisateurs les plus réguliers.

“Les résultats sont très solides. (…) Ceux qui prenaient un sauna quatre à sept fois par semaine étaient environ 60 % moins susceptibles d’avoir un AVC que ceux qui ne prenaient qu’un seul sauna par semaine” a déclaré au TIME Setor Kunutsor, co-auteur de cette étude.

Notez toutefois que les scientifiques ont aussi joué la prudence rappelant que certaines personnes devaient absolument éviter les sauna : les seniors mais aussi les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires

AVC : les autres principaux facteurs de risques

  • l’hypertension artérielle : c’est le facteur majeur. Vous devez connaître vos chiffres tensionnels ! S’ils sont régulièrement au-dessus de 14/9 cm Hg (ou 140/90 mm Hg), vous devez consulter votre médecin qui pourra débuter un traitement approprié ; dans tous les cas, il faudra réduire vos apports en sel (le sel retient l’eau, c’est bien connu et donc augmente la pression du sang)
  • l’intoxication par le tabac : une consommation de tabac (même une seule cigarette par jour) augmente le risque d’AVC ; arrêter de fumer diminue par deux votre risque d’AVC
  • l’Hypercholestérolémie : elle est souvent familiale. Vous devez donc vous inquiéter et connaître vos chiffres de cholestérol sanguin si quelqu’un dans votre famille est atteint ou traité pour une hypercholestérolémie, ou si plusieurs personnes dans votre famille a eu un infarctus du myocarde. Dans les analyses de cholestérol que le laboratoire vous rend, il y a le cholestérol total, le « bon » cholestérol (appelé HDL) et le « mauvais » cholestérol (appelé LDL). C’est le LDL qui est important de contrôler.
  • le diabète : votre glycémie à jeûn doit être inférieure à 7 mmol/l (1, 26 g/l)
  • certaines maladies cardiaques (arythmie, maladie des valves cardiaques par exemple) qui nécessitent un traitement anrticoagulant toute la vie

Pour plus d’informations http://www.attaquecerebrale.org/ ou www.sfnv-france.com

AVC : les symptômes les plus fréquents sont

  • une faiblesse musculaire ou une paralysie : on ne peut plus bouger une partie de son corps d’un côté ; toutes les parties du corps peuvent être touchées. Mais le plus souvent, il s’agit de la face, du bras, de la main et/ou de la jambe. Très fréquemment, la face, le bras et la jambe du même côté sont atteints en même temps on parle d’Hémiplégie
  • une perte de la sensibilité : on sent un engourdissement ou une insensibilité d’une partie du corps
  • une difficulté du langage : il s’agit, soit d’une gêne pour articuler (appelée Dysarthrie), soit d’un trouble du langage (Aphasie) portant sur l’expression (mutisme, difficulté à trouver les mots ou jargon avec mots inintelligibles) et pouvant être associé à des difficultés de compréhension
  • un trouble visuel : soit on perd brusquement la vision d’un oeil (cécité unilatérale) ou plus rarement des deux, soit on perd la vision de la moitié du champ visuel des deux yeux en même temps (Hémianopsie), ou encore, on voit soudain les choses en double (Diplopie, on voit deux fois le même objet au lieu d’un seul)
  • un mal de tête, d’apparition brutale, inhabituel et très intense.

Devant un ou plusieurs symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC) : appelez immédiatement le 15.