Rembourser les traitements anti-tabac pour inciter les fumeurs à arrêter !

Myriams-Fotos/Pixabay/Creative Commons

Comment inciter les fumeurs à s’en griller une dernière ? Edouard Philippe, l’actuel premier ministre a son idée. Rembourser les traitements anti-tabac comme n’importe quel médicament, et ce en lieu et place de l’actuel forfait de 150 euros /an qui couvre les substituts nicotiniques.

C’est l’une des mesures-phares de la politique de prévention d’Edouard Philippe pour qui la priorité est de rester en bonne santé tout au long de sa vie

« La bonne santé passe par l’accès aux soins mais elle passe aussi par la prévention », a déclaré aujourd’hui le Premier ministre dans le cadre du Comité interministériel de la Santé qui a permis de présenter les 25 mesures-phares de la politique de prévention destinées à accompagner les Français pour rester en bonne santé tout au long de leur vie.

Cette mesure va t-elle vraiment inciter  inciter davantage de personnes à arrêter de fumer ? Les avis sont très partagés sur cette question.

Pourquoi un tel choix ? Parce qu’en France, plus de 13 millions de personnes fument mais plus de la moitié souhaitent arrêter de fumer . Le tabac est la source majeure de cancers, de maladies cardio – vasculaires et d’insuffisance respiratoire , et est responsable de 73.000 décès chaque année.

Et si le Plan national de réduction du tabac –  accès au forfait à 150 euros par an pour tous les assurés – et l’opération #MoisSansTabac ont eu un impact important en 2016 et 2017, il reste encore trop limité au regard des 13 millions de fumeurs

En optant pour un remboursement “classique”, le gouvernement veut  développer l’accessibilité aux traitements d’aide à l’arrêt tabagique pour l’ensemble des fumeurs souhaitant arrêter de fumer , et en particulier les plus défavorisés.

Pour le gouvernement cette nouvelle phase dans le soutien au sevrage tabagique va permettre à la fois de lever les freins liés à l’avance de frais systématique et d’avoir le même tarif pour un produit sur tout le territoire, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Et si le mouvement sera progressif, un premier produit sera inscrit dès cette semaine au remboursement par le Gouvernement. A noter que cette  mesure s’inscrit dans le cadre du prochain Plan national de réduction du tabagisme qui sera annoncé prochainement.