Compléments alimentaires à base de spiruline : mise en garde

Attention aux compléments alimentaires à base de spiruline ! Suite à une multiplication des signalements d’effets indésirables, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) met en garde les consommateurs sur les risques liés à leur consommation précisant  que ces produits pouvaient être “contaminés par des cyanotoxines, des bactéries ou des éléments traces métalliques”. C’est pourquoi elle recommande aux consommateurs de privilégier les circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés.

Pixabay

La spiruline c’est quoi ? La spiruline (une cyanobactérie présentée généralement à la vente sous forme de poudre) est un aliment traditionnel ancien consommé dans plusieurs pays. En France, on retrouve des préparations à base de spiruline sur le marché sous forme d’aliment courant (seul ou comme ingrédient) ou sous forme de complément alimentaire revendiquant divers bienfaits pour la santé.

Si la spiruline ne semble pas présenter de risque sanitaire à de faibles doses, l’Agence déconseille,  au vu des caractéristiques de la spiruline et des effets indésirables rapportés, la consommation de ces compléments alimentaires aux individus atteints de phénylcétonurie ou présentant un terrain allergique.

Puis de préciser, contrairement à certaines idées reçues, que la spiruline ne constitue pas une source fiable de vitamine B12 pour les populations végétaliennes.

Compléments alimentaires à base de spiruline : recommandations pour les consommateurs

– L’Agence recommande aux consommateurs de compléments alimentaires contenant de la spiruline de privilégier les circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés par les pouvoirs publics : conformité à la réglementation française, traçabilité, identification du fabricant.
– L’Agence déconseille la consommation de ces compléments alimentaires aux individus atteints de phénylcétonurie (maladie génétique rare liée à l’accumulation de l’acide aminé phénylalanine dans l’organisme) ou présentant un terrain allergique.
– L’Agence précise que la spiruline ne constitue pas une source fiable de vitamine B12 pour les populations végétaliennes, celle-ci étant présente dans la spiruline majoritairement sous forme d’analogue inactif. Par ailleurs, la consommation de 5g/j de spiruline (quantité maximale préconisée par certains compléments alimentaires) apporte de 7 à 8,5 mg de bêta-carotène alors que la limite d’apport quotidien en bêta-carotène par les compléments alimentaires a été estimée à 7 mg/j venant s’ajouter aux apports spontanés.