Journée mondiale du diabète : une surmortalité qui reste élevée notamment chez les femmes

Hier, et comme chaque 14 novembre, s’est déroulée comme chaque année le journée mondiale du diabète ! Symbole d’une mobilisation collective, elle a pour objectif de mieux faire connaître le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir.

Pour l’occasion, et comme chaque année, la Fédération Française des Diabétiques s’est associée aux 160 pays qui relayent cette journée en organisant des événements, rencontres, conférences, des stands pour diffuser des informations et faire compléter des questionnaires de test de risque,

Public Domain /Pixabay
Public Domain /Pixabay

Chaque année à la même date, la communauté mondiale du diabète se réunit autour d’une seule voix pour mobiliser et sensibiliser au diabète, invitant les individus et les communautés à porter l’épidémie de diabète au-devant de la scène.

Pourquoi ? Parce que le diabète concerne tout le monde ! A ce ce jour on estime qu’il existe 400 millions de personnes diabétiques dans le monde et qu’1 personne sur 2 est atteinte de diabète sans même le savoir.

Avec la journée mondiale du diabète tout le monde doit prendre conscience de l’importance de la prévention pour identifier les risques au plus tôt, pour les prévenir et les maîtriser.

Diabète : la surmortalité reste élevée notamment chez les femmes

L’an dernier, à l’occasion de la Journée mondiale du diabète, Santé Publique France a souhaité revenir sur la surmortalité liée au diabète dans le cadre de l’un de ses bulletins épidémiologiques , une surmortalité qui reste élevée notamment chez les femmes.

A travers cette étude les chercheurs souhaitaient étudier la surmortalité à 10 ans, globale et par causes spécifiques, d’une cohorte de personnes diabétiques par rapport à la population générale, au cours de la période 2002-2011.

Pour info elle a porté sur 8 437 adultes (cohorte Entred 2001, ndrl) âgés de 45 ans et plus affiliés au régime général de l’Assurance maladie résidant en France métropolitaine et ayant bénéficié d’au moins un remboursement d’antidiabétiques oraux et/ou d’insuline au cours des trois mois précédant le tirage au sort.

Et si nous n’entrerons pas dans tous les détails de l’étude (ils sont disponibles ICI), nous en retiendrons essentiellement que, malgré une certaine amélioration du suivi médical des patients, la surmortalité globale des personnes diabétiques par rapport à la population générale reste élevée.

Les hommes comme les femmes diabétiques présentaient un excès de mortalité significativement plus élevé par rapport à la population générale pour les maladies cardiovasculaires et rénales ainsi que pour certaines localisations de cancer : pancréas, foie et côlon-rectum. Chez les femmes, on observait une surmortalité par cancer de l’utérus et chez les hommes par cancer de la vessie et leucémie. De plus, un excès de mortalité était retrouvé pour les maladies de l’appareil digestif, les maladies infectieuses et les maladies respiratoires, dont les pneumopathies.

Pour les auteurs, cette étude montre à nouveau toute l’importance de “renforcer la prévention et la qualité de la prise en charge des complications dégénératives du diabète” mais souligne également “le poids de la polypathologie et la complexité qu’elle entraine dans la prise en charge des personnes diabétiques.

Le saviez-vous ? La Journée Mondiale du Diabète est célébrée chaque année le 14 Novembre. Cette date a été choisie car c’est l’anniversaire de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a pour premier développé la théorie à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922 (Source)