Avoir un chien, c’est bon pour le cœur

Et si Avoir un chien était un secret de longévité ? Une chose est sûre les conclusions de cette étude devrait enchanter tous les propriétaires de toutous ! Des chercheurs de l’université d’Uppsala (Suède) pensent en effet que nos compagnons à 4 pattes pourraient nous permettre de vivre plus longtemps mais aussi d’être en bien meilleure santé. Cela se vérifierait plus particulièrement chez les personnes vivant seules.

De cette étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue spécialisée “Scientific Reports”, on retiendra que vivre seul avec son chien permettrait de réduire de 33% le risque de décès et de 11 % de faire un infarctus du myocarde (en comparaison avec des personnes vivant vraiment toutes seules).

Wow_Pho/Pixabay

Mieux encore puisqu’ils ont constaté que certains chiens “protégeaient” mieux que d’autres leurs maîtres comme les retrievers, les beagles ou bien encore les terriers.

Avant d’en arriver à ces surprenantes conclusions, qu’il convient tout de même de prendre avec une extrême prudence, les chercheurs ont analysé et recoupé les données médicales de 3.4 millions de Suédois enregistrés comme détenteurs de chiens et qui sont passés par la case hôpital durant toute la durée de l’étude.

Avoir un chien pour vivre plus longtemps ? Comment l’expliquer ?

Et s’il convient de prendre avec prudence les résultats de ces travaux, c’est tout simplement parce que les auteurs hésitent eux-même sur le pourquoi du comment. Le chien y est-il vraiment pour quelque chose ? Car les scientifiques ne manquent de rappeler que les propriétaires de chiens n’ont pas tout à fait la même hygiène de vie que les autres.

« Nous savons que les propriétaires de chiens en général ont un niveau d’activité physique plus élevé, ce qui pourrait expliquer les résultats observés. Cela inclut de prendre le chien pour une promenade dans toutes les conditions météorologiques. » a par exemple précisé Tove Fall, principal auteur de cette étude.

D’autres hypothèses sont avancées : l’effet positif d’un chien sur le microbiote bactérien de son propriétaire; le bien-être général et la meilleure vie sociale que l’on constate habituellement chez les propriétaires de chiens.

« Cela peut encourager les propriétaires à améliorer leur vie sociale, ce qui réduira leur niveau de stress, ce qui, nous le savons, est la principale cause de maladies cardiovasculaires et d’événements cardiaques. » a rajouté Tove Fall.

Asthme : un risque réduit chez l’enfant grâce à son chien ?

L’occasion de revenir sur une récente étude selon laquelle les enfants qui sont en contact avec un chien dans les 12 premiers mois de leur vie auraient moins de risque que les autres de devenir plus tard asthmatiques.

Selon cette étude suédoise, le risque qu’un enfant de 6 ans développe de l’asthme serait ainsi réduit de 13% au contact régulier d’un chien. Ce risque serait carrément réduit de 52% au contact d’animaux de ferme.

Selon les auteurs de l’étude c’est le contact répété avec l’animal qui en serait la cause car il agirait comme une désensibilisation précoce. L’enfant se retrouvant très tôt en contact avec certains micro-organismes, cela aurait pour conséquence de renforcer sa capacité respiratoire et sa résistance aux allergènes.

Les chiens aussi auront leur Noël

Et puis à quelques semaines des fêtes de fin d’année, sachez que le Père-Noël ne devrait pas oublier les animaux de compagnie. 71% des maîtres offriront un cadeau à leur animal pour les fêtes de Noël.

Les chiens seront toutefois plus gâtés que les chats : 75% des premiers et 66% des seconds recevront un cadeau de Noël. Nos amis félins auraient-ils été moins sages cette année ?

Notez que les propriétaires les plus généreux (10%) n’hésiteront pas à dépenser plus de 50 euros pour voir frétiller la queue de leur toutou ou ronronner leur adorable matou. Mais, la plupart des maîtres resteront raisonnables : 9 propriétaires sur 10 offriront un cadeau d’une valeur inférieure à 50 euros

Méthodologie : Sondage réalisé par Wamiz du 23 au 27 octobre 2017 auprès de 3004 propriétaires de chiens ou chats habitant en France et âgés de plus de 18 ans.