Sauter le petit-déjeuner augmente les risques de maladies cardiovasculaires

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

On ne vous apprendra rien en vous disant, encore une fois, que le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. C’est pourquoi il ne faut surtout pas le négliger. Dans certaines familles il est d’ailleurs un repas à part entière et c’est une très bonne chose. Oui mais dans d’autres il est malheureusement expédié et même carrément sauté.

Aujourd’hui une nouvelle étude pourrait finir de convaincre ceux qui y sont réfractaires ou qui n’y accordent que peu d’importance en mangeant à la va-vite ou n’importe quoi.

Menée par des scientifiques elle nous apprend que ceux qui ont pour habitude de sauter ce repas ou de manger peu ont plus de risque que les autres d’être victimes de maladies cardiovasculaires.

Avant d’en arriver à cette conclusion des chercheurs ont analysé les habitudes de consommation de 4.052 hommes et femmes d’âge moyen. Ces derniers ont été invités à renseigner durant 15 jours ceux qu’ils avaient mangé au petit-déjeuner et le temps qu’ils avaient passé à le faire.

Après avoir pris en compte certains facteurs – tels que l’IMC, le taux de cholestérol, le niveau d’activité physique…etc) – ils ont ensuite examiné avec beaucoup d’attention l’accumulation graisseuse dans les artères autour du coeur et du cou.

Et le verdict a été sans appel : ceux qui sautent ce repas pourtant essentiel ou qui ne mangent pas assez – le petit déjeuner doit idéalement apporter 25% des apports caloriques de la journée – ont deux fois plus d’accumulation graisseuse dans les artères (athérosclérose) que ceux qui mangent un bon petit-déjeuner.

Les auteurs de l’étude ont toutefois précisé que ceux qui avaient pour habitude de sauter le petit déjeuner étaient aussi ceux qui avaient une moins bonne hygiène de vie…

Des œufs au petit déjeuner, c’est idéal pour les enfants

L’occasion de revenir sur une étude publiée il y a quelques mois et relative au petit-déjeuner idéal pour les enfants. Objectif des chercheurs : déterminer quel était le menu idéal pour eux.

Pour cette étude ils ont fait appel à 40 enfants âgés de 8 à 10 ans puis les ont répartis en 3 groupes. Un petit déjeuner différent était bien sûr proposé à chacun des groupes mais toujours de 350 calories : le premier était à base de céréales, le second d’œufs, et enfin le troisième de flocons d’avoine.

Les enfants avaient pour “mission” de finir entièrement leur repas ! Ils ont ensuite passé leur matinée à jouer et/ou à faire du sport avant le déjeuner. Et cette fois pas question de leur imposer quoique ce soit : ils pouvaient manger de tout et autant qu’ils le souhaitaient.

Verdict : ceux qui avaient été soumis au repas le plus protéiné, et donc au petit déjeuner à base d’œufs, ont mangé en moindre grande quantité au déjeuner, réduisant en moyenne leur consommation de 70 calories.

Pour les auteurs de l’étude, un petit déjeuner à base œufs serait donc idéal pour réduire l’apport journalier en calories et donc lutter contre les problèmes de surpoids et d’obésité chez les enfants.