PMA pour toutes les femmes : risque de pénurie de sperme ?

TawnyNina/Pixabay

PMA pour toutes les femmes. Il y a quelques jours à peine, au micro de RMC, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a déclaré que l’extension de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes serait légalisée en 2018 dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique.

Une annonce qui a été plus ou moins bien accueillie (voir ICI) et qui suscite déjà des inquiétudes alors que rien n’a été officiellement acté.

Et parmi ces inquiétudes, certains redoutent déjà une possible pénurie de sperme qui pourrait pousser les couples qui sont dans l’attente d’un don de sperme à aller voir ailleurs, et notamment à l’étranger.

PMA : vers une pénurie de sperme ?

Interrogé par RMC le professeur Fabrice Guérif, praticien au CHU de Tours et spécialiste de la reproduction, a déclaré à ce sujet : “Si le délai d’attente s’allonge, l’âge auquel une grossesse pourra débuter pour une femme inscrite sur la liste d’attente va automatiquement augmenter. Et donc forcément si l’âge maternel augmente, les chances de succès diminueront. Les couples risquent d’être pénalisés en terme de chance de succès”.

Par voie de conséquence il craint de voir des couples et/ou des femmes se rendre dans d’autres pays. “On peut craindre des départs vers l’étranger s’il y a dès lors l’assurance d’un délai d’attente plus court avec des résultats plus probants.”

Même son de cloche ou presque pour le docteur Béatrice Delepine, du service de génétique et de biologie de la reproduction du Cecos-CHU de Reims. Interrogée par le Nouvel Obs, et même si elle ne va pas jusqu’à évoquer une pénurie, elle redoute un allongement sensible des délais qui sont déjà très longs (environ 18 mois, ndrl)