Des physalies s’échouent sur les plages bretonnes

Pixabay

Des physalies s’échouent sur les plages bretonnes. Attention si vous vous promenez sur les magnifiques plages du Finistère, et notamment du côté de Plouescat. Des spécimens de Physalia Physalis ont de nouveau été observés ce week-end sur plusieurs plages et notamment sur celle de Plouescat dans le Finistère. Alertée par une habitante, les services municipaux en auraient récupéré une bonne dizaine.

Pourquoi faut-il s’en méfier ? Et bien parce que la Physalia Physalis est particulièrement urticante et peut même s’avérer très dangereuse pour l’homme.

Considérées comme de lointaines cousines des méduses, ces “bestioles” aquatiques à l’apparence anodine sont particulièrement redoutables. Le simple fait de les toucher peut avoir de graves conséquences…

Leurs filaments dégagent en effet un venin mortel qui entraîne brûlure, paralysie et allergie. Le tout peut s’accompagner d’une forte fièvre, de nausées et même entraîner la mort dans les cas plus extrêmes en provoquant un arrêt cardiaque.

Il est donc recommandé d’éviter tout contact avec une Physalia Physalis, y compris avec les animaux échoués depuis de longues heures sur les plages…

Physalies ou galères portugaises

Reconnaissable à son flotteur translucide tirant sur le bleu et le rose, la Physalie vit habituellement dans les mers tropicales et subtropicales. Mais les vents dominants les déportent sur de grandes distances et de plus en plus souvent sur les côtes européennes.

Composée d’eau à hauteur de 90 %, la physalie est un animal marin pas comme les autres puisque ses filament peuvent conserver leur pouvoir urticant longtemps après la mort de l’animal.

Invisible dans l’eau, elle évolue généralement en pleine mer, les échouages sur les côtes restant accidentels.Sous les tropiques, on peut rencontrer des bancs formés de plusieurs millions d’individus.(source Wikipedia).