Survenue de décès chez des femmes traitées par Docétaxel dans le cadre du traitement du cancer du sein

CC0 Public Domain /Pixabay

Comme vous l’avez peut-être appris 5 femmes atteintes d’un cancer du sein sont récemment décédées. Elles avaient pour point commun d’être traitées avec le médicament générique Docétaxel. Au total 6 cas d’entérocolites sur terrain neutropénique ont été répertoriés, dont 5 ont donc conduit au décès. C’est suite à ces cas que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a fait le choix d’ouvrir une enquête de pharmacovigilance. Ses résultats seront présentés au Comité Technique de Pharmacovigilance (CTPV) du 28 mars 2017.

Le Docétaxel est autorisé dans le traitement du cancer du sein (adjuvant dans le cancer du sein opérable ; cancer du sein localement avancé ou métastatique), cancer du poumon non à petites cellules, cancer de la prostate, cancer gastrique, cancer des voies aéro-digestives supérieures. En adjuvant dans le cancer du sein opérable, il est autorisé en association à la doxorubicine et au cyclophosphamide.

Dans son point d’information, l’ANSM rappelle que le Paclitaxel peut constituer une alternative au Docétaxel dans certaines situations. Pour autant elle précise qu’aucune recommandation n’est formulée à date en l’absence d’éléments complémentaires d’investigation permettant d’évaluer le rapport bénéfice / risque dans le cadre du traitement du cancer du sein.

Interrogé par France Info, le docteur Paul Cottu, chef de service au département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, s’est toutefois voulu rassurant pour les patientes traitées antérieurement. “Les patientes qui ont reçu du Docétoxel antérieurement et qui vont bien, iront bien. C’est une toxicité qui est extrêmement précoce et brutale. Si elle n’est pas arrivée, elle n’arrivera pas” a t-il notamment déclaré avant de préciser que la toxicité du docétaxel “survient dans les 8 à 10 jours, en général dès la première injection”