« Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie »

Pixabay

« Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie » : la nouvelle campagne de sensibilisation au cancer colorectal et à son dépistage a été lancée hier par l’Institut national du cancer et le ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Responsable de 18 000 décès par an en France, le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus meurtrier : c’est pourquoi une nouvelle campagne d’information sur le cancer colorectal a été lancée. Principal objectif : inviter les femmes et les hommes de plus de 50 ans à parler du dépistage avec leur médecin.

Cette campagne, prévue le 27 février en presse et le 12 mars en télévision, porte le message suivant : « le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie ». Elle concentre son message sur le caractère meurtrier de ce cancer, qui se développe souvent sans symptôme et reste méconnu. La campagne rappelle que détecté tôt, un cancer se guérit dans 9 cas sur 10. La création publicitaire utilise un ton direct et informatif autour de l’enjeu et rappelle l’importance de se faire dépister dès 50 ans.

Le spot TV, programmé à partir du 12 mars sur les chaînes nationales et thématiques, évoquera à la fois la dangerosité de ce cancer et l’intérêt du dépistage. À découvrir bientôt.

Une campagne pour insister sur l’importance du dépistage du cancer colorectal dès 50 ans

Le risque de cancer augmente avec l’âge : 95 % des cancers colorectaux se révèlent après 50 ans.
C’est pourquoi 17 millions de femmes et d’hommes, âgés de 50 à 74 ans, sont invités tous les 2 ans à parler du dépistage du cancer colorectal avec leur médecin. Celui-ci vérifie si son patient ne présente pas de risque particulier nécessitant un suivi adapté, puis lui remet le test de dépistage à faire chez soi.

Le dépistage permet en effet de détecter un éventuel cancer colorectal à un stade précoce : les traitements pour le soigner seront alors moins lourds, les chances de guérison meilleures et les éventuelles séquelles moins invalidantes. Grâce au dépistage, il est aussi possible de repérer un polype et de le retirer avant qu’il n’évolue en cancer.

Détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10.

A savoir

Le cancer colorectal se développe lentement, à l’intérieur du côlon ou du rectum, à partir de petites lésions appelées polypes.

Au cours de leur développement certains polypes peuvent de développer en cancer. Ce cancer évolue tout d’abord sans symptôme ni signe perceptible.

POUR ALLER PLUS LOIN

Consultez l’infographie sur les chiffres clés, le dépistage du cancer colorectal : Pour qui ? Pourquoi ? Quand ? Comment ? Les facteurs de risques, les symptômes et les traitements : Infographie – Le cancer colorectal – PDF 2,37 Mo (document format PDF)

Et pour en savoir plus sur le dépistage du cancer colorectal cliquez ICI

Plus de 2 tasses de café par jour diviserait par deux le risque de cancer colorectal

Photo : journeys (CC BY 2.0)
Photo : journeys (CC BY 2.0)

Par le passé, plusieurs études nous ont montré qu’une consommation régulière de café pouvait avoir de nombreux bénéfices pour la santé et réduire les maladies cardio-vasculaires, les cancers digestifs, le diabète sucré… et même le taux de mortalité. Plus récemment une étude a révélé que les gros buveurs de café (au moins 4 tasses par jour) seraient plus “protégés” que les autres contre la sclérose en plaques (SEP). Bref le café peut-être bon pour la santé à condition bien sûr de ne pas en abuser.

Au printemps dernier une nouvelle étude nous a appris que boire plus de deux cafés par jour permettrait de réduire de moitié le risque de cancer colorectal. Et plus la consommation est importante, plus le risque serait réduit. Elle a été menée auprès de 5 100 personnes ayant reçu un diagnostic de cancer colorectal et 4 000 autres en bonne santé.

Un bénéfice qui serait en fait acquis dès la première tasse avec un risque réduit de 26% pour les buveurs modérés (de une à deux tasse/jour) et de moitié dès deux tasses et demie quotidiennes.

La “bonne” nouvelle c’est que cela vérifierait avec tous les types de café qu’il s’agisse du bon “vieux” café filtre, d’un instantané, d’un expresso… et même d’un petit déca !

Quelques mois plus tôt une autre étude allait exactement dans le même sens et nous avait alors révélé qu’une consommation quotidienne de café avait la faculté de réduire les risques de récidive du cancer du côlon et d’augmenter les chances de guérison.

Portant sur près de mille patients traités en chirurgie et en chimiothérapie pour un cancer colorectal au stade 3, cette étude nous apprenait alors que ceux qui buvaient au moins 4 tasses de café par jour avait un risque diminué de 42% de voir réapparaître la maladie rapport à ceux n’en consommant pas ou n’en consommant que très peu.