France : les sodas en libre-service c’est terminé !

CC0 Public Domain /Pixabay

Les boissons trop sucrées et/ou gazeuses à volonté c’est terminé. En France tout au moins ! Alors que certaines chaînes de restauration rapide en avaient fait l’un de leurs arguments de vente, elles vont désormais devoir trouver autre chose pour attirer les clients.

Pouvoir se servir à volonté de sodas est en effet désormais strictement interdit en France ! Un arrêté a été publié en ce sens au Journal Officiel et met ainsi fin à cette pratique qui avait un peu trop tendance à se généraliser

«La mise à disposition, en accès libre, sous forme d’offre à volonté gratuite ou pour un prix forfaitaire, de boissons avec ajout de sucres ou d’édulcorants de synthèse est interdite dans tous les lieux de restauration ouverts au public, les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et l’hébergement des mineurs »

Objectif : limiter les risques d’obésité, de surpoids et de diabète conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

Et ne croyez pas que seules les boissons gazeuses sont concernées. Selon cet arrêté, daté du 18 janvier 2017, sont concernées : les boissons gazeuses et non gazeuses aromatisées, des concentrés comme les sirops de fruits, les boissons à base d’eau, de lait, de céréales, de légumes ou de fruits y compris les boissons pour sportifs ou les boissons énergisantes, les nectars de fruits, les nectars de légumes et produits similaires, dès lors que ces boissons contiennent des sucres ajoutés ou des édulcorants de synthèse.

La consommation de boissons sucrées augmente partout dans le monde, mais pas en France

La France prend donc les devants alors même que la consommation de boissons sucrées a augmenté partout dans le monde ces dernières années, sauf dans l’hexagone !

thephilippena/ CC0 Public Domain/Pixabay
thephilippena/ CC0 Public Domain/Pixabay

De récentes recherches menées par des chercheurs de la City University de Londres (Royaume-Uni) et de l’université de Caroline du Nord (États-Unis) confirment que l’alimentation du monde devient plus riche en sucre, notamment en ce qui concerne les boissons.

Ainsi dans les 54 pays du monde étudiés, le Chili se place en première position pour le nombre de calories dans les boissons édulcorées au sucre vendues par personne et par jour. Tandis que le Mexique vient en deuxième position et les États-Unis en troisième, perdant ainsi la place de premier consommateur au monde qu’ils ont occupée pendant les 15 dernières années. La France n’arrive qu’en 34e position.

« Nos recherches montrent que le reste du monde rattrape les niveaux de consommation de sucre des États-Unis. De nombreux pays mettent en place des politiques pour réduire la consommation de sucre, en particulier celui provenant des boissons sucrées, ce qui est un aspect positif. Malheureusement, ces actions sont encore trop réduites », analyse le professeur Hawkes.

L’article, publié en février 2016 dans la revue médicale Lancet Diabetes & Endocrinology, révèle que c’est dans les pays à faibles revenus et revenus intermédiaires que la consommation de boissons sucrées augmente le plus rapidement, tout en diminuant dans les régions à revenus plus élevés.

Cependant, cette baisse dans les nations les plus riches s’accompagne d’une augmentation de la consommation de boissons sportives et énergétiques et donc plus sucrées.

C’est l’Allemagne qui détient le triste record en Europe de premier consommateur de boissons édulcorées au sucre par personne et se classe au sixième rang mondial, avant le Royaume-Uni (29e), la France (34e) et l’Italie (37e).

Quant à la France, sa consommation de boissons édulcorées au sucre de toutes sortes est restée similaire du début à la fin de la période couverte par l’étude, soit 52,32 kilocalories par personne et par jour en 2009 et 52,55 en 2014, malgré une fluctuation au cours de cette période. Cette consommation a augmenté entre 2009 et 2011, pour diminuer lorsqu’une taxe sur le sucre a été introduite dans le pays en 2012. Cependant, la consommation de boissons sportives et énergétiques en France est passée de 0,87 kilocalorie par personne et par jour en 2009 à 1,11 en 2014.

Les chercheurs, le professeur Corinna Hawkes de la City University de Londres et le professeur Barry Popkin de l’université de Caroline du Nord, en concluent donc que les gouvernements font des progrès pour réduire la consommation de sucre, mais que des mesures supplémentaires doivent être prises. Il apparaît que la consommation de boissons édulcorées au sucre diminue dans les pays où des taxes ont été introduites, notamment au Mexique, en France, en Finlande et en Hongrie.

Le professeur Hawkes déclare : « Nous savons que certaines politiques sont réalisables, et des données qui indiquent leur efficacité commencent à apparaître, par exemple en ce qui concerne la taxe sur les sodas au Mexique. Les gouvernements n’ont aucune excuse pour ne pas établir une politique globale de réduction de la consommation de sucre, dans le contexte de stratégies plus étendues visant à assurer une alimentation plus saine pour tous. »

En l’absence d’intervention de la part des gouvernements, les chercheurs prévoient que la consommation va augmenter dans le reste du monde et se rapprocher de la situation des États-Unis, où 68 % des aliments et boissons emballés contiennent des édulcorants caloriques.

L’analyse montre que les quatre régions où la consommation de boissons édulcorées au sucre est la plus élevée sont l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, l’Australasie et l’Europe occidentale.

La consommation augmente rapidement dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, en Amérique latine, aux Caraïbes, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Océanie, où « des mesures urgentes sont nécessaires », considère le professeur Hawkes.

De plus, ce nouvel article rassemble des preuves sur les effets négatifs des boissons sucrées pour la santé, en confirmant leur association à des problèmes tels que la prise de poids et le diabète.

Les chercheurs témoignent cependant d’une absence de consensus pour les effets sur la santé des boissons contenant des édulcorants à basses calories et des jus de fruits.