Grippe: l’épidémie n’a toujours pas dit son dernier mot

CC0 Public Domain /Mojpe
Mauvaise nouvelle : l’épidémie de grippe n’a toujours pas dit son dernier mot. Et alors qu’une surmortalité hivernale s’est confirmée – elle serait en partie liée à la grippe – les médecins du réseau Sentinelles INSERM nous informent que le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale est toujours très largement supérieur au seuil épidémique. La semaine dernière il a ainsi été estimé à 437 cas pour 100 000 habitants, soit 285 000 nouveaux cas.

Durant ces 6 premières semaines d’épidémie de grippe, 1 339 000 personnes auraient ainsi consulté un médecin généraliste pour ce motif.

Et si l’activité grippale semble en augmentation chez les enfants (0-14 ans), elle est diminution chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (775 cas pour 100 000 habitants) Occitanie (598 cas pour 100 000 habitants) et Auvergne-Rhône-Alpes (432cas pour 100 000 habitants). Mais attention la totalité des régions présente un taux d’incidence supérieur au seuil épidémique national.

Concernant les cas rapportés, la semaine dernière, l’âge médian était de 25 ans (3 mois à 90 ans); les hommes représentaient 49% des cas. Les tableaux cliniques rapportés par les médecins Sentinelles ne présentaient pas de signe particulier de gravité avec un pourcentage d’hospitalisation  estimé à 0,2%.

Notez également que parmi les 2060 prélèvements testés depuis le début de la surveillance, 1005 (48,8%) étaient positifs pour au moins un virus grippal. La majorité des virus grippaux détectés était de sous-type A(H3N2) (965 / 1005 cas, soit 96,0%).

Quant à l’efficacité vaccinale, les premières estimations à partir des données fournies par les médecins Sentinelles suggèrent une bonne efficacité du vaccin antigrippal cette année chez les personnes à risque de complication en France métropolitaine.

Bulletin Sentinelles/Inserm

Grippe : quelques gestes barrières pour éviter la propagation du virus

Lavage des mains

Pour limiter la diffusion des germes et peut être éviter de passer quelques jours au fond du lit avec de la fièvre, quelques gestes simples de prévention doivent être adoptés comme le lavage des mains plusieurs fois dans la journée. Ce geste est indispensable après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, après avoir rendu visite à une personne malade, après chaque sortie à l’extérieur et bien sûr avant de préparer les repas, de les servir ou de les prendre. Pour un bon lavage des mains, on conseille d’utiliser un savon liquide (le pain de savon n’est pas aussi hygiénique car il reste humide) pendant trente secondes et de ne pas oublier de frotter les ongles et le bout des doigts, la paume et l’extérieur des mains, les jointures des doigts et les poignets. Le séchage doit se faire avec une serviette propre ou à l’air libre. Une solution hydro alcoolique peut aussi remplacer le lavage des mains sur des mains non souillées.

Mouchoir en papier

Se couvrir la bouche dès que l’on tousse ou éternue (dans sa manche ou dans un mouchoir à usage unique) est un bon préalable qu’il faut également transmettre aux enfants. Utiliser un mouchoir en papier à jeter dans une poubelle fermée tout de suite après usage et se laver les mains ensuite.

Port du masque

Si l’on est malade, un masque chirurgical (que vous trouverez à acheter en pharmacie) permettra d’éviter la diffusion des microbes. Il faut se laver les mains avant de le manipuler, le changer toutes les 4 heures ou dès qu’il est mouillé, ne pas le réutiliser et le jeter dans une poubelle couverte avant de se laver les mains.

Éviter…

Enfin il faut éviter de serrer les mains, d’embrasser, de partager ses effets personnels (couverts, verre, brosse à dent, serviette de toilette…), éviter les lieux très fréquentés (centres commerciaux, transports en commun) et éviter si possible d’y emmener les nourrissons et les enfants.

Aérer
Enfin, pensez à aérer chaque pièce du logement tous les jours pendant au moins 10 minutes pour renouveler l’air.

Source Santé Publique France

Grippe : quand le web facilite la vaccination ou la consultation non programmée

MonDocteur.fr, 1er portail de prise de rendez-vous médicaux en ligne en France, a souhaité mettre en avant le témoignage du Docteur Charles-Henry Guez à Sainte-Foy-lès-Lyon sur les effets de l’épidémie de grippe et les solutions apportées par le web pour aider les patients à être vaccinés rapidement et de pouvoir être pris en charge si les symptômes de la grippe sont déjà déclarés

“Le pic de contamination de la grippe a un impact immédiat sur la prise de rendez-vous avec les médecins. Beaucoup de patients n’arrivent plus à obtenir une consultation auprès de leur médecin traitant dont le secrétariat et l’emploi du temps sont vite saturés. Grâce à son agenda en ligne, MonDocteur.fr aide les praticiens à optimiser leurs disponibilités pour recevoir le maximum de patients possibles. De plus, sur MonDocteur.fr, les patients peuvent consulter les disponibilités de leurs médecins en temps réel, et au besoin prendre exceptionnellement rendez-vous avec un autre médecin sur un créneau horaire spécialement dédié à la vaccination, toujours en 1 clic”. Thibault Lanthier, cofondateur de MonDocteur.fr,

Témoignage du Docteur Charles-Henry Guez à Sainte-Foy-lès-Lyon : “Les épidémies comme celle de la grippe, nous oblige à nous adapter rapidement. Depuis plusieurs semaines, nous avons une multiplication des appels, avec un caractère d’urgence lorsque les personnes sont atteintes de fièvre depuis plusieurs jours. Il faut donc réagir vite et trouver de la place dans un agenda déjà bien chargé. Notre cabinet est constitué de 4 salles de consultation et emploie une secrétaire pour les appels téléphoniques.
Nous utilisons la plateforme MonDocteur.fr depuis plus d’un an. Grâce à la page de notre cabinet sur MonDocteur.fr, le patient peut voir en un clin d’œil les plages disponibles et prendre rendez-vous en quelques secondes. Il m’arrive ainsi de vacciner un patient qui a pris rendez-vous en ligne seulement 20 minutes auparavant.”

Une file d’attente virtuelle fluide grâce à MonDocteur.fr

“Ces prises de rendez-vous par internet explosent en ce moment. Beaucoup de patients ne peuvent être vus par leur médecin traitant qui est lui aussi très occupé. Dans notre cabinet, grâce au web nous pouvons mutualiser les plages libres de tous les docteurs présents, et ainsi créer une sorte de file d’attente virtuelle sur MonDocteur.fr pour gérer au mieux l’urgence de ces situations de plus en plus fréquentes.
Nous constatons grâce à cet outil web, un changement des mentalités en cas d’épidémie. Les gens sont plus sereins, soulagés et vraiment satisfaits du service lorsqu’ils peuvent avoir un rendez-vous aussi vite.

Concrètement, MonDocteur.fr, nous permet de libérer des créneaux de quelques minutes de consultation non prévues à la fin de chaque consultation déjà planifiée, Soit une consultation très courte, non programmée deux fois par heure.

J’avais besoin de « retrouver du temps médical », c’est un moyen simple de se consacrer au soin et de laisser le patient gérer sa prise de rendez-vous. Le temps que le patient ne passe pas avec moi pour « caler » un rendez-vous, je le consacre à un temps de soin supplémentaire pour d’autre.

Notre adaptation grâce à ces nouveaux outils est parfaite et peut permettre de faire face à une activité plus importante comme c’est le cas en ce moment. Nous pouvons gérer la “crise”, sans attente ni angoisse pour les patients, ce qui change aussi l’impact de l’épidémie. La grippe n’est pas compliquée à gérer dans le processus de soin mais l’absence de consultation peut s’avérer très grave. Pour nous cette organisation nous permets d’être plus à l’écoute des patients et de rester en éveil pour continuer a garder notre sens diagnostic. Il ne faut pas confondre grippe et méningite, c’est fondamental de nous libérer l’esprit de contrainte organisationnelle pour laisser notre sens clinique être vigilant surtout en ces périodes d’épidémie.”