Ados : ils sont en meilleure santé si leurs cours commencent plus tard


ANNONCES

Une bonne nuit de sommeil, rien de tel pour bien démarrer la journée, non ? Et alors qu’il n’est jamais aisé de sortir un ado de son lit, voilà qui devrait les conforter dans leur fâcheuse habitude à trainer du pied le matin… avant d’aller au collège ou au lycée.

© Association pour la literie
© Association pour la literie

ANNONCES

En effet, et selon une étude américaine menée par des chercheurs de l’American Academy of Sleep Medicine, le fait de commencer la journée scolaire un peu plus tard aurait un impact positif sur la santé des adolescents et en particulier sur leur sommeil.

Avant d’en arriver à cette conclusion ils ont analysé les résultats de 18 études portant justement sur la qualité du sommeil.

Ainsi et selon cette étude, commencer les cours une heure plus tard aurait pour conséquence d’augmenter la durée moyenne de sommeil de 19 minutes.  Au-delà d’une heure, le gain serait en moyenne de 53 minutes.

Et des ados qui dorment plus longtemps c’est aussi moins de somnolence durant le reste de la journée, moins de retard en cours, plus de facilité à apprendre mais aussi un nombre réduit d’accidents de la circulation.

Timothy Morgenthaler, co-auteur de l’étude, a rappelé qu’un sommeil de mauvaise qualité impliquait “un risque pour la santé mentale, une plus grande difficulté à apprendre, un risque plus grand d’obésité, d’accident de la route et même de consommation de drogue.”

Mais que les ados ne se réjouissent pas trop vite des résultats de cette étude. Si le sommeil c’est effectivement très important la santé,  notez que les auteurs de l’étude n’ont pas noté d’impact notable sur les résultats scolaires.

Mieux vaut une nuit courte qu’un sommeil interrompu

L’occasion de revenir sur une récente étude relative à la qualité du sommeil… de tout le monde et pas seulement des ados. Une étude selon laquelle mieux vaut une nuit courte qu’un sommeil interrompu.

Avant d’en arriver à cette conclusion, des chercheurs américains ont réalisé une étude portant sur 62 sujets. Elle a été réalisée par des scientifiques de l’université de Baltimore en milieu hospitalier.

Ces 62 volontaires ont ensuite été séparés en 3 groupes. Dans le premier groupe, les participants ont été réveillé 8 fois au cours de la nuit (bonjour l’angoisse); dans le second groupe ils ont été laissés tranquille mais n’ont pu rejoindre Morphée que très tardivement; enfin ceux du troisième n’ont eu droit qu’à une nuit très courte mais ininterrompue. Pour la petit info, cette étude pas comme les autres s’est déroulée sur 3 nuits. Ce n’est qu’ensuite que les chercheurs ont analysé l’humeur de chacun.

Au terme de la première nuit, les chercheurs n’ont guère constaté de différence. C’est après que les choses se sont un peu corsées. Dès la deuxième nuit l’humeur des membres du premier groupe a été mise à mal avec une baisse de 31% d’humeur dite “positive alors qu’elle n’était que 12% chez les membres du second groupe. Pas ou peu de changement au sein du troisième groupe.

Bref, mieux vaut une nuit courte qu’une nuit interrompue. C’est bien plus bénéfique pour la santé mais aussi pour le moral.


ANNONCES