Une nouvelle approche dans la prise en charge du cholestérol

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

Du nouveau dans la prise en charge du cholestérol… Dans le cadre du programme de recherche CHOPIN (CHOlesterol Personalized INnovation), un consortium de scientifiques et de cliniciens français piloté par une équipe de l’Institut du thorax travaille actuellement à identifier les facteurs de risque de développement de l’hypercholestérolémie. Objectif : aboutir à la mise au point de traitements innovants visant à réduire les événements cardiovasculaires chez les patients les plus à risque.

Pourquoi ? Et bien parce qu’aujourd’hui, 1 personne sur 300 en France souffre d’un excès de cholestérol d’origine héréditaire. La grande majorité (80%) des patients qui sont traités par des statines ne parvient pas à réduire significativement le taux de cholestérol dans leur organisme.

Et c’est pour répondre à cette problématique de santé publique que huit équipes vont s’attaquer au fléau du cholestérol mais aussi et surtout  à ses effets délétères lorsqu’il est présent en excès dans l’organisme. Au total pas moins de quarante personnes seront mobilisées dont des chercheurs et médecins de l’Inserm, du CHU et de l’université de Nantes.

Le projet CHOPIN qui vise à améliorer la prise en charge de l’hypercholestérolémie est l’un des 10 lauréats de l’appel à projets « Recherche Hospitalo-Universitaire en santé » du programme « Investissements d’Avenir ». Il est  porté par le Professeur Bertrand Cariou, directeur de l’institut du thorax (Inserm-Université de Nantes-CNRS-CHU de Nantes). Il s’appuiera sur la constitution de cohortes de patients ayant des taux extrêmes de LDL-cholestérol pour identifier de nouveaux gènes du métabolisme du cholestérol grâce à des outils de séquençage du génome de dernière génération, ainsi que de nouveaux biomarqueurs du risque cardiovasculaire grâce à des plateformes de lipodomique et de métabolomique. Les cibles thérapeutiques seront validées via l’utilisation d’un modèle cellulaire innovant : les hépatocytes humains obtenus à partir de cellules souches pluripotentes induites (cellules iPS). Le développement de nouveaux médicaments sera effectué sur une plateforme experte dédiée (Open Innovation Access Platform, SANOFI).

Le programme CHOPIN repose sur la coopération d’un consortium national de scientifiques et de cliniciens spécialistes des dyslipidémies et sur un partenariat public-privé : DHU 2020, Sanofi, Bio-Rad, HCS Pharma, Celenys, Univercell Biosolutions, Axelife, DHU DO-IT (Lyon), IHU ICAN (Paris), Unité Inserm 1188 DéTROI (La Réunion), Unité Inserm 1148 (Paris), Centre National de Génotypage (CNG), Nouvelle Société Francophone d’Athérosclérose (NSFA), Centre de Recherche en Nutrition Humaine Ouest (Nantes), Consortium Métabohub. Ce projet implique également les pôles de compétitivité Atlanpole Biothérapies et Medicen et a bénéficié du soutien de la région Pays de la Loire.

Crédits/Source : communiqués et dossier de presse de l’unité de recherche de l’institut du thorax de l’université de Nantes