Elle meurt des suites d’une rupture d’anévrisme après s’être masturbée


ANNONCES

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

Orgasme meurtrier…. C’est un cas clinique heureusement très rare qui fait la une de l’actualité santé ces derniers jours. Une jeune femme d’à peine 24 ans est décédée des suites d’une rupture d’anévrisme après s’être adonnée à quelques plaisirs solitaires dans sa salle de bain. Des faits qui se sont déroulés en 2012 mais dont se fait l’écho seulement aujourd’hui la revue spécialisée “American Journal of Forensic Medicine and Pathology”. En France elle a été relayée par Marc Gozlan du site “Sciences et Avenir“.

Selon des médecins de l’Institut de médecine légale de l’université de Hambourg, c’est bien la masturbation qui a engendré cet anévrisme cérébral et donc la mort de la jeune femme. Un cas clinique heureusement “exceptionnel” ont t-ils rappelé avant de préciser que cette anomalie vasculaire ne concernait que 2 à 5% de la population générale.

En fait cette dernière souffrait de céphalées d’allure migraineuse peu de temps avant sa mort et il est fort probable que cela ait un rapport avec cette rupture d’anévrisme qui lui a été fatale. Circonstances aggravantes : la jeune buvait énormément de boissons gazeuses et surtout fumait près de 2 paquets de cigarettes par jour. Or, et chacun le sait, le tabagisme augmente considérablement les risques de rupture d’anévrisme.

Et c’est une augmentation soudaine de la pression artérielle lors de l’orgasme qui a entraîné cette rupture….


ANNONCES