Médicaments : les français sont concernés par le recyclage


ANNONCES

: CC0 Public Domain / Pixabay
: CC0 Public Domain / Pixabay

ANNONCES

Avez-vous le réflexe Cyclamed ? C’est une associatin dont la principale mission est de collecter les médicaments non utilisés rapportés par les particuliers en pharmacie. Aujourd’hui, et c’est plutôt une bonne nouvelle, de plus en plus de français ont adopté ce geste. Ainsi, et selon la collecte Cyclamed, les chiffres sont orientés à la hausse avec un taux de récupération de 64%, ce qui le place parmi les éco-organismes performants. Cela s’explique par la poursuite de l’implication du grand public et des pharmaciens, notamment par la fidélisation croissante des consommateurs à ce geste éco-citoyen.

Pour 2015, 15 477 tonnes de déchets issus de médicaments ont été collectées par les pharmacies françaises et regroupées par les grossistes répartiteurs avant leur valorisation à des fins énergétiques. Le tonnage réel des MNU (ndrl : médicaments non utilisés) avec le poids des cartons et des produits de parapharmacie soustraits atteint 12 108 tonnes, soit une progression de + 0,4 % par rapport à 2014. La moyenne nationale correspond à 185 grammes par habitant en 2015.

La valorisation énergétique de ces MNU est réalisée dans 55 unités de valorisation pour éliminer dans le respect de l’environnement et récupérer l’énergie permettant d’éclairer et de chauffer l’équivalent de 7 000 logements.

L’étude barométrique menée par l’institut BVA (février 2016) révèle que 80 % de nos concitoyens déclarent rapporter leurs MNU chez le pharmacien dont 74 % d’entre eux le font «toujours » (contre 69 % en 2015). Cela montre une forte fidélisation de ce « réflexe » auprès d’une grande partie de la population. Ce sont surtout les femmes qui gèrent l’armoire à pharmacie familiale, les plus de 50 ans et les habitants de communes rurales qui ont adopté ce geste éco-citoyen. De même, parmi ceux qui rapportent leurs MNU en pharmacie, 24 % séparent déjà les boîtes en carton et les notices en papier des médicaments. 57 % seraient prêts à faire ce tri affiné pour le tri sélectif. La protection de l’environnement est très bien perçue (93 %) en mettant en évidence que le dispositif permet d’éviter les rejets médicamenteux dans la nature (décharge, eaux de surface et souterraines). L’adhésion à la valeur de la sécurité sanitaire est en croissance cette année (90 % contre 84 % en 2015) pour prévenir les risques d’intoxications ou de confusions médicamenteuses au sein du foyer.

L’étude bisannuelle sur l’évaluation du gisement des MNU menée par l’Institut CSA a été reconduite en 2016 (après celles de 2010, 2012, 2014) auprès de 500 foyers représentatifs de la population française. Pour la troisième année consécutive, le poids des MNU baisse dans chaque foyer français de manière importante (-8 % en 2012, -18 % en 2014 et -10 % en 2016), ce qui confirme la prise de conscience des citoyens sur la nécessité de préserver son environnement et sa sécurité sanitaire domestique. Les campagnes sur le bon usage menées par les autorités et les professionnels de santé ont sensibilisé les patients à une bonne observance des traitements. Le gisement en masse annuel des MNU est donc de  19 000 tonnes, soit 323 grammes par foyer et par an en 2016.

Grâce à la synergie entre l’information de proximité délivrée par le pharmacien d’officine et notre campagne grand public, le « réflexe Cyclamed » s’ancre de plus en plus parmi nos gestes éco-citoyens en faveur de la protection de l’environnement et de la santé publique.


ANNONCES