La grippe, c’est fini !

 CC0 Public Domain/Pixabay
CC0 Public Domain/Pixabay

Après avoir joué les prolongations, la France métropolitaine en aurait fini avec la grippe 2015/2016. Tel est le message délivré par l’Institut national de Veille Sanitaire (InVS) dans son dernier bulletin hebdomadaire. Une épidémie tardive, longue (11 semaines), d’ampleur et de gravité modérées et qui a été dominée par le virus de type B.

Mais attention, si l’épidémie est terminée, des virus grippaux continuent à être
détectés prévient l’InVS.

Selon les derniers chiffres recensés, l’épidémie grippale est terminée et la majorité des régions est sortie de la phase post-épidémique avec une activité en diminution dans toutes les régions. En semaine 16 (du 18 au 24 avril 2016), la forte diminution de l’activité grippale s’est ainsi poursuivie tant en médecine ambulatoire qu’en milieu hospitalier

Cela se vérifie aussi en Guyane et dans les Antilles où l’activité grippale poursuit sa diminution. Au total, 33 cas graves de grippe ont été admis en réanimation.

A Mayotte, on observe la recrudescence saisonnière habituelle à cette période de l’année, accompagnée d’une circulation en majorité de virus A.

Depuis le 1er novembre 2015, 1050 cas graves de grippe, infectés principalement par un virus A (60%) ont été signalés à l’InVS. La plupart des patients avait des facteurs de risque. La moyenne d’âge était de 55 ans (1 mois à 100 ans). Une majorité d’entre eux (610 patients) n’était pas vaccinée. Un syndrome de détresse respiratoire aigue sévère était présent chez 38% des patients . Parmi les cas graves admis en réanimation, 167 (16%) personnes sont décédées.

En ce qui concerne la couverture vaccinale, la dernière mise à jour montre un nombre cumulé de remboursements des vaccins contre la grippe saisonnière légèrement supérieur aux premières prévisions de début d’année et au nombre observé l’année dernière à l’issue de la campagne, conduisant à une estimation de la couverture vaccinale au 30 mars 2016 à 48% (versus 46% l’an passé). Ces résultats sont en-courageants mais encore loin de l’objectif de 75% fixé par l’OMS.

Bulletin InVS