Des pesticides s’installent durablement dans nos maisons


ANNONCES

CC0 Public Domain /Pixabay
CC0 Public Domain /Pixabay

ANNONCES

Si vous habitez à proximité de zones agricoles sachez que vous êtes, au sein même de votre maison, exposés durablement à des pesticides, et ce quelque soit le moment de l’année.  Un constat alarmant qui n’est autre que le fruit d’une enquête de l’ONG “Générations Futures”. Elle a porté sur des échantillons de poussière prélevés dans des habitations situées en zones agricoles (viticoles, arboricoles, de grandes cultures….).  Verdict : sur les 61 pesticides recherchés, il a été détecté entre 8 et 30 pesticides par habitation pour une moyenne qui s’établit à 20 pesticides/habitation testée.

“C’est au-delà de ce qu’il était possible d’imaginer” a écrit l’ONG en commentant ces résultats. C’est d’autant plus inquiétant que 12 de ces pesticides sont des perturbateurs endocriniens potentiels soit 60,18%.

Parmi les “autres” mauvaises nouvelles de cette enquête, vous retiendrez que 98,16% de la concentration totale en pesticides concerne les perturbateurs endocriniens ou bien encore que parmi les pesticides retrouvés certains sont interdits en agriculture en France comme par exemple le diuron pourtant retrouvé dans plus de 90% des habitations … alors qu’il est interdit en France depuis décembre 2008.

L’objectif de cette enquête était de montrer l’urgence d’une action préventive forte dans ce domaine des perturbateurs endocriniens, ces substances qui menacent le développement du fœtus et du jeune enfant même à faibles doses.

« Ces résultats montrent clairement que les personnes vivant prêts des zones cultivées sont exposées chez elles toute l’année à un cocktail important de pesticides, dont de nombreux sont des perturbateurs endocriniens potentiels. Ce fait illustre l’urgence qu’il y a à modifier les pratiques agricoles et à faire en sorte qu’on interdise les pulvérisations des pesticides de synthèse à proximité de zones habitées. (…) De plus, notre travail montre l’urgence de la publication d’une définition des perturbateurs endocriniens réellement protectrice au niveau européen.Nous interpelons le Gouvernement afin qu’il intervienne fermement auprès de la Commission européenne pour que demain cesse cette exposition généralisée aux pesticides PE dans nos campagnes. » » a notamment déclaré François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.


ANNONCES