C’est prouvé par la science : le flair des chiens de la police est fiable


ANNONCES

© DGPN – SICOP
© DGPN – SICOP

ANNONCES

Nos amis à pattes sont connus pour leur flair. Mais saviez-vous que le flair des chiens policiers a été reconnu pour la première fois comme fiable par la science ?  Et c’est une très sérieuse étude scientifique qui nous le dit. Menée conjointement par des scientifiques du CNRS, de l’université Lyon-1 Claude-Bernard et de l’Inserm, elle confirme que ces chiens sont de vrais et précieux alliés pour la police.

Il en ressort que l’odorologie – une technique d’identification des odeurs humaines par des chiens spécialement entraînés – est une méthode fiable.  L’étude a en effet permis de révéler et/ou de confirmer qu’après une période d’entraînement de 24 mois,  les chiens sont capables de reconnaître l’odeur d’une même personne dans 80 à 90 % des cas, et ne commettent jamais d’erreur en la confondant avec des odeurs de personnes différentes.

Cette étude a montré qu’un entraînement régulier de 24 mois est toutefois nécessaire pour obtenir des performances stables et optimales. A l’issue des 12 premiers mois, les chiens ne commettent déjà plus aucune erreur de reconnaissance (c’est-à-dire qu’ils ne confondent pas les odeurs de deux personnes différentes). Et leur sensibilité olfactive augmente significativement au cours de l’entraînement : en moyenne, au bout de deux ans, ils parviennent à reconnaître deux odeurs provenant de la même personne dans 85 % des cas, les 15% d’absences d’association résultant majoritairement de la qualité du prélèvement ou de l’odeur elle-même et non d’un déficit de reconnaissance.

Une étude qui a aussi permis de révéler que les bergers allemands sont plus performants que les bergers belges malinois, sans doute parce qu’ils sont plus disciplinés et plus attentifs.

Crédit/Source : Inserm, salle de presse


ANNONCES